Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 13:32

Santé-Précarité

En France comme dans d'autres pays les inégalités sociales de santé sont importantes et s'aggravent même si l'espérance de vie augmente régulièrement.

Inégalités sociales face à la durée de vie

L'espérance de vie des personnes sans domicile fixe était d'environ 43 ans en 2006, celle de la moyenne des Français étant de 77ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes la même année.

   La différence entre l'éspérance de vie à 35 ans d' un homme cadre ou profession intellectuelle et l'espérance de vie à 35 ans d'un ouvrier est de 9 ans. (45 ans encore à vivre pour le premier, contre 38 ans pour l'ouvrier). L'indice standardisé de mortalité d'un ouvrier est de 0,6 alors qu'il est de 1,2 pour un cadre ou profession intellectuelle!!

La surmortalité des ouvriers et des employés concernent les maladies cardiovasculaires et respiratoires, le diabète, les accidents, les suicides les homicides et aussi les cancers.

Facteurs, déterminants et causes des inégalités sociales de santé

 Les conditions de vie des personnes (logement, alimentation, accès aux biens de consommation, accès à la culture à l' éducation…)

L'environnement physique ou social  au domicile ou sur le lieu de travail: exposition à des produits toxiques, nuisances sonores, conditions de travail physiquement pénibles, horaires de travail décalés, sentiment d'insécurité, manque d'autonomie, de reconnaissance ou de soutien…

 L'existence de comportement individuels "à risque" (tabac, alcool, nutrition) est aussi plus marquée chez les populations moins favorisés.

  Inégalités d'accès et de recours aux soins.

Les populations les plus pauvres ont moins tendance à recourir aux soins en raison d’une moindre connaissance des filières de soins ou d’un rapport différent au corps et à la maladie, et aussi la distance à parcourir

 Une faible densité d’offre de soins aurait donc des répercussions plus importantes sur la consommation de soins des personnes appartenant au bas de la hiérarchie sociale.

 a CMU a permis un rattrapage de l'accès aux soins parmi les personnes qui en sont devenues bénéficiaires mais cela n'a pas suffit à garantir l'accès aux soins pour tous.     

          Constats :

15% des bénéficiaires de la CMU déclarent qu’il leur est arrivé qu’un médecin ou un autre professionnel de santé refuse de les revoir ou de les recevoir d’après l’Observatoire National de la Pauvreté.

5.5 Millions de personnes sont dépourvus de complémentaire santé.

 Les femmes et les jeunes sont les plus touchés.

 

 La réforme proposée par le gouvernement Sarkozy est inacceptable, elle pénalise les plus démunis en rendant plus difficile l'accès aux soins, elle détricote petit à petit le système d'assurance maladie pour mieux le livrer ensuite aux assuarances privées.



Pour les Verts, il faut refonder le système de santé en agissant sur les causes sociales, environnementales et comportementales des maladies. Il faut passer d'une logique de soins à une logique de santé. Il faut créer un vrai système de santé de proximité et coordonné entre ville et hôpital, qui soit indépendant de l'industrie pharmaceutique.

Partager cet article

Repost 0
Danielle PERSICO - dans SANTE DIVERS
commenter cet article

commentaires

Pages