Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 20:46

Chaque jour nous apprenons qu'unE nouveau  candidatE aux cantonales issu de la  gauche a unE suppléantE issue de la droite : à Valence, à Dieulefit, à Châtillon en Diois  et  même à Bourg de Péage le président a une suppléante de droite!!

Imaginons un méchant virus type grippe de Hong Kong ou un méningocoque agressif qui peuvent contaminer et  terrasser en quelques heures  la noble assemblée réunie au Conseil général. Tous les suppléantEs seraient amenés à siéger et en quelques heures le Conseil général pourrait basculer à droite.

 

La morale de l'histoire si vous voulez que le Conseil général reste à gauche votez pour les candidatEs dont les suppléantEs sont vraiment de gauche ou écologistes.

 

Ce n'est biensûr qu'une fiction qui n'arrivera pas mais quelle idée cette droitisation des suppléantEs. Comment les électeurs et électrices peuvent-ils s'y retrouver?? Lors de la rencontre avec les habitantEs au fil de la campagne on entend souvent dire "de toute façon la gauche et la droite c'est pareil", alors je réponds essayez une troisième voie l'écologie politique  c'est une nouvelle façon de vivre plus sobre, nouvelles  façons de  produire, de consommer, de travailler  plus de partage des richesses, "moins de biens pour les plus nantis, plus de liens pour tous ".

Partager cet article

Repost 0
Danielle PERSICO - dans CANTONALES
commenter cet article

commentaires

Riri 13/02/2011 16:27


Oups ! Désolé j'ai écrit vite et j'ai mal relu mon commentaire! donc une petite correction s'impose pour la deuxième ligne du 1er paragraphe :

"Donc je me pose la question du choix de la candidature écolo au même titre que je me la pose pour les candidats du PS. "

;-)


Riri 13/02/2011 16:23


Merci de votre réponse.
Nicolas Hulot peut barrer la route à la gauche pour le deuxième tour de la présidentielle, sans pour autant se retrouver lui-même dans le duel final. Je ne voudrais pas que nous ayons à choisir
entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen et que l'on se fasse un 21 avril bis où nous nous verrions une nouvelle fois voler l'élection. Donc je me pose la question du choix de la candidature écolo au
même titre que celle que je me la pose pour les candidats du PS. Je ne vois pas Nicolas Hulot prendre le pouvoir, en tout cas je ne l'imagine pas entrer à l'Elysée. En tant que citoyen, je
roulerais plus pour Eva Joly que je trouve plus politique et plus engagée.
Mais au delà de cet aspect quelque peu politicien, la question qui se pose pour les écologistes comme pour les socialistes est celui du fonctionnement des institutions démocratiques. La
présidentialisation de notre système politique ne correspond pas aux valeurs démocratiques de la gauche. La 5ème république est adaptée à un modèle qui favorise l'idée de l'homme providentiel et
met en avant l'idée du chef qui dirige ses troupes comme un bataillon. L'esprit de la 5ème ne correspond plus tellement aux mœurs politiques d'aujourd'hui et à la demande de démocratisation et de
participation des citoyens dans les prises de décision et les choix politiques. Il faut sortir de ce système autocratique d'un autre temps qui a montré ses limites. Donc, il faut que les forces
progressistes, démocrates, humanistes, républicaines, citoyennes et écologistes unissent leurs efforts pour proposer ensemble une refonte des institutions et l'élaboration de la 6ème république.
C'est ainsi que nous pourrons aussi rétablir le lien de confiance nécessaire entre les citoyens et leurs représentants, lutter contre l'abstentionnisme, et réduire l'impact électoral des courants
extrémistes. En effet ces derniers prospèrent sur cette rupture démocratique qui s'est accrue ces dernières années entre l'élite et les représentants politiques d'une part et les citoyens d'autre
part.

Pour Aznavour, je comprends le questionnement et je me le suis posé aussi. Vous avez bien fait quelque part de poser publiquement vos interrogations, c'est sain comme attitude à partir du moment où
cela ne devient pas un combat idéologique obsessionnel, ce qui n'est pas le cas. Maintenant son exil fiscal n'est pas récent et je crois qu'il vit vraiment à l'année dans ce pays. Mais en dehors de
cela, pour moi Aznavour c'est autre chose qu'un simple exilé fiscal. Aznavour est un poète, un auteur qui nous a fait vibrer et qui a défendu d'abord la culture française dans le monde entier. Il
aura marqué de son empreinte son époque. Il restera parmi les grands poètes du 20ème siècle au même titre que Piaf, Brel, Brassens, Ferré, Gainsbourg ou Ferrat. C'est un artiste complet engagé
contre le racisme, qui n'hésite pas à soutenir de jeunes artistes français issus de la diversité, rien que cela, ça vaut bien qu'on fasse de son cas une exception à la règle.
Et puis nous ne pouvons pas ignorer la particularité de cet hommage que la ville veut rendre à cet artiste. Derrière ce choix, je vois les aspects positifs et rassembleurs pour notre ville. La
cérémonie d'inauguration en la présence d'Aznavour (enfin j'espère qu'il fera le déplacement !) sera un moment inoubliable qui restera gravé dans les mémoires et ce pour tous les valentinois qui se
rassembleront, quelques que soient leurs opinions, leur origine culturelle ou sociale, quelque que soit leur génération, pour partager un instant la joie d'être ensemble. Ce sera certainement très
émouvant et en même temps joyeux, car il y aura un refrain "de bohème" dans les rues. Ne vous refusez pas ça et ce n'est pas parce que vous aurez émis quelques réserves légitimes qu'il faudra vous
interdire d'être présente à l'inauguration ! :-)
Ce que je vois surtout c'est qu'au delà de cet hommage rendu à cet artiste, ce sera en même temps l'occasion de célébrer et de faire honneur à notre ville qui a su accueillir, intégrer, donner du
travail, nourrir et ouvrir son cœur à une communauté étrangère qui fuyait un génocide, et cette reconnaissance là, Valence la mérite amplement. Donc c'est essentiellement pour Valence que je me
suis résolu à accepter ce choix.
Bien à vous.


Riri 11/02/2011 14:07


Vous dîtes cela et vous avez raison de dénoncer cette droitisation mais en même temps les verts sont prêts à investir Nicolas Hulot aux présidentielles ! On ne peut pas dire que cette personnalité
soit vraiment classée à gauche. Le problème du positionnement politique des verts se pose aussi. Vous, Danielle, nous connaissons votre engagement à gauche, mais pour ce qui est d'Europe Ecologie,
nous en sommes beaucoup moins certains.

Si vous souhaitez que les électeurs vous choisissent, évitez aussi de vous lancer dans de vaines polémiques (sur l'attribution du nom de Charles Aznavour pour un square) et concentrez vous sur
l'essentiel : l'emploi, les libertés publiques, la démocratie participative, la justice, la fiscalité, l'environnement...
Cordialement.


Danielle PERSICO 12/02/2011 21:07



Cher Riri,


Sur Europe-Ecologie les Verts, l'observation du fonctionnement du parti, de ses militants (des "Danielles", il y en a beaucoup), mais aussi des stratégies pour renverser Sarkozy en 2012 me permet
de dire, sans aucune part de doute, que ce nouveau parti s'inscrit clairement dans l'opposition à la droite libérale sécuritaire et productiviste. Cela nous place-t-il à gauche ? Sans doute, dans
le sens où l'on milite pour plus de redistributions des richesses, de solidarité et de régulation collective. Cela étant, et même si je m'en sens plus proche que de la droite Sarkoziste, je ne me
retrouve pas non plus entièrement dans cette vieille gauche, qu'elle soit sociale démocrate (à tendance droitière) comme le parti socialiste, ou néo-communiste. Aucune de ces deux versions de la
vieille gauche n'a réellement saisi les enjeux issus de l'épuisement des ressources naturelles et du réchauffement climatique.


Pour Nicolas Hulot, je crois qu'il n'est pas juste de lui faire le procès d'être de droite aujourd'hui. D'autant que s'il est candidat (après une élection primaire face à Eva Joly) pour porter
les couleurs d'Europe-Ecologie-les Verts à la présidentielle, c'est qu'il aura démontré sa détermination à renverser Sarkozy et donc à gouverner avec la gauche. Si je ne suis pas a priori très
favorable à l'idée de le voir être notre candidat, je pense quand même qu'il ne faut pas lui jeter la pierre trop tôt, que chacun a le droit de changer d'opinion, et qu'il faut attendre d'écouter
ses arguments et ses positions. En ce qui me concerne, j'étais le 13 novembre à Lyon, pour le Congrès fondateur d'EELV et Nicolas Hulot n'a fait aucun doute sur ses convictions
anti-productivistes et anti-libérales.


Quant à Charles Aznavour, vous avez peut-être un peu raison, dans le sens où ce n'était pas une bataille très importante et le groupe aurait peut-être mieux fait de laisser filer.. Pour vous dire
la vérité, nous étions quand même gênés d'attribuer ce nom à un évadé fiscal (l'évasion fiscale étant un problème grave coûtant à la France 10% de son budget chaque année), d'où notre choix de
nous


abstenir.  


 



Pages