Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 23:16

Ce soir c'est la fête de la musique, je n'ai pas envie tant l'actualité est dure.

Les tensions pour la Grèce et la pression des créanciers la BCE et le FMI.

 Comment a-t-on pu laisser Sarkosy influer pour que le parti dont il est président se nomme les Républicains?  La République liberté,  égalité fraternité a mal. Je ne parlerai plus d'eux qu'en écrivant ou disant LR. Les propos du Président de LR sont affligeants, il veut imiter le FN pour récupérer des voix. Il veut revenir sur le droit du sol (un enfant né en France de parents étrangers peut avoir la nationalité française). Il compare les migrants à une fuite d'eau !! Nous avons mal pour ces milliers de personnes qui sont mortes noyées ou qui cherchent un lieu pour fuir la guerre et vivre simplement en paix.

Petites notes réconfortantes , l'encyclique du Pape j'en ai déjà parlé, et une voix de femme qui donne de l'espoir, c'est celle de Madame Anne Hidalgo maire de Paris sur France Inter : « Je suis en colère contre l’attitude de l'Europe qui refuse de prendre sa part face aux flux de migrants. À Paris, ma position est claire : je ne veux voir personne dormir dehors, dans l'indignité totale. Nous avons le devoir d’accompagner ces femmes et ces hommes dans leur insertion durable... » .

En écrivant cet article pour le blog, il me revient une belle chanson de Leny Escudero sur les réfugiés qui date de 1982 dont je vous fais une copie du texte.

J'ai vécu
Au siècle des réfugiés
Une musette au pied de mon lit
Avec la peur au ventre
Des humiliés
Des sans logis
Qui tremblent
Les oubliés
Aux mal-partis
Ressemblent

Ils sont toujours les bras ballants
D'un pied sur l'autre mal à l'aise
Le cul posé entre deux chaises
Tout étonné d'être vivant
Ils sont souvent les en-dehors
Ceux qui n'écriront pas l'histoire
Et devant eux c'est la nuit noire
Et derrière eux marche la mort

Ils sont toujours les emmerdants
Les empêcheurs les trouble-fêtes
Qui n'ont pas su baisser la tête
Qui sont venus à contre temps
Dans tel pays c'est mal venu
Venir au monde t'emprisonne
Et chaque jour on te pardonne
Puis on ne te pardonne plus

J'ai vécu
Au siècle des réfugiés
Une musette au pied de mon lit
Avec la peur au ventre
Des humiliés
Des sans logis
Qui tremblent
Les oubliés
Aux mal-partis
Ressemblent

On peut souvent les voir aussi
Sur les photos des magazines
Essayant de faire bonne mine*
Emmenez-moi au loin d'ici
Ils ont des trous à chaque main
C'est ce qui reste du naufrage
Ils n'ont pas l'air d'être en voyage
Les voyageurs du dernier train

Ils sont toujours les séparés
Le cœur perdu dans la pagaille
Les fous d'amour en retrouvailles

Qui les amènent sur les quais
Et puis parfois le fol espoir
Si elle a pu si elle arrive
De train en train à la dérive
Et puis vieillir sans la revoir

J'ai vécu
Au siècle des réfugiés
Une musette au pied de mon lit
Avec la peur au ventre

 

 

Repost 0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 15:47

L'encyclique du pape François parue ce jeudi 18 juin 2015 a des termes qui vont droit au cœur des écologistes, des analyses que nous clamons depuis 30 ans peu relayées peu entendues, nous pouvons nous réjouir que ces principes soient relayées par le Pape, mais nous souhaitons que cela ne reste pas lettre morte !

L'analyse fondamentale de cette encyclique est le fait que les crises sociales, environnementales économiques sont liées . Que les dérèglements climatiques et pollutions environnementales pénalisent d'abord les plus pauvres. Et pour réussir il faut une transformation de la société et privilégier le bien commun.

Alors oui même si je sais que sur certains sujets de société nous ne nous rejoignons pas avec l'église catholique, cette encyclique papale renforce l'analyse des écologistes et c'est encourageant avant la conférence sur le climat.

Joli clin d'oeil du dessinateur

Joli clin d'oeil du dessinateur

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 23:39

Deux études récentes (2015) françaises viennent confirmer ce que l'on savait déjà, que les pesticides sont toxiques pour les foetus et les jeunes enfants .

Etude de l'équipe du Professeur Charles SULTAN à Montpellier (qui l'avait déjà démontré en 2004!!) confirme les malformations génitales de garçons exposés dans le ventre de leur mère aux toxiques environnementaux dont les pesticides

Etude de l'équipe du Professeur Jean-François VIEL du CHU de Rennes qui montre que les enfants exposés aux pesticides ont des scores significativement plus faibles sur les échelles d’intelligence de Wechsler WISC-ICV (compréhension verbale) et WISC-IMT (indice de mémoire de travail), même après ajustement des facteurs confondants.

Malgré ces résultats inquiétants les décisions de nos ministres sont minimalistes, la pression des lobbies est tellement forte sur eux que la santé des enfants passe au deuxième plan.

Monsieur Lefoll ministre de l'agriculture soumet à enquête publique le nouveau plan écophyto , avec très peu de mesures contraignantes sur l'agriculture productiviste. Le dernier plan écophyto qui prévoyait une réduction de 50 % des pesticides en 2018 a été un échec celui-là risque bien de l'être aussi!

Madame Royal ministre de l'environnement fait un effet d'annonce en informant que le Roundup ne sera plus en vente libre dans les jardineries !! Cela n'aura qu'une portée minimale : le glyphosate est le principe actif du roundup, il a été classé comme cancérigène, il n'est pas présent que dans le roundup mais dans de nombreux autres marques de pesticides, qu'en est-il des autres marques? S'il est retiré de la vente libre cela veut-il dire qu'un vendeur pourra aller le chercher dans un placard fermé à clefs? Il est retiré de la vente libre pour les jardiniers du dimanche mais l'agriculture productiviste qui en consomme 90 %, elle, aura un accès libre à la vente de roundup. Monsanto peut se réjouir, et l'intelligence de nos enfants risque de poursuivre sa décroissance !!

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 01:02

Je suis allée au conseil fédéral d'EELV samedi et dimanche.

Nous avons lancé la campagne "je sauve le climat" en préparation de la conférence internationale sur les dérèglements climatiques qui aura lieu à Paris en décembre. de nombreuses actions vont être lancées dans toutes les régions de France, et une campagne d'actions, concrète, positive, et dynamique sera mise en place. En attendant nous avons trouvé des slogans faisant appel à la vie quotidienne .

J'arrête le gaspillage , je sauve le climat

Avec mon vélo je sauve le climat

Quand je bois du vin bio, je sauve le climat

....

Les membres du Conseil fédéral brandissant les slogans pour des gestes au quotidien permettant de ralentir les dérèglements climatiques .Gisèle notre doyenne de 98 ans qui brandit son carton.
Les membres du Conseil fédéral brandissant les slogans pour des gestes au quotidien permettant de ralentir les dérèglements climatiques .Gisèle notre doyenne de 98 ans qui brandit son carton.

Les membres du Conseil fédéral brandissant les slogans pour des gestes au quotidien permettant de ralentir les dérèglements climatiques .Gisèle notre doyenne de 98 ans qui brandit son carton.

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 10:54

Sur le projet de loi renseignement, Sergio Coronado était le chef de file du groupe écologiste à l’Assemblée nationale.

Il a fait l’explication de vote CONTRE  au nom du groupe, juste avant le vote qui a eu lieu mardi 5 mai 2015 à 17 heures.

Intervention de Sergio Coronado

Monsieur le Président

Monsieur le Premier ministre

Messieurs les rapporteurs, chers collègues

Nous avons éprouvé la même émotion lors des attentats de janvier dernier. Cette émotion ne peut pas néanmoins être la seule boussole au moment où nous légiférons.

La nécessité d’un encadrement de l’activité des services de renseignement n’est dans cette assemblée nullement contestée : la France accuse en effet un grand retard par rapport aux autres démocraties occidentales.

Les services de renseignement disposent aujourd’hui de moyens juridiques morcelés, issus d’une lente sédimentation de dispositions législatives sans cadre général.

La nécessité de légiférer est donc une réalité. Mettre un terme aux pratiques illégales, offrir un cadre normatif opérationnel et respectueux des libertés est notre mission.

Mais cette nécessité ne justifie aucunement le recours à la procédure accélérée ?

Pourquoi préférer au grand débat citoyen et parlementaire, une discussion et un vote au pas de charge ?

Un travail législatif de qualité suppose comme l’a si souvent rappelé le président de la commission des lois de consacrer à l’élaboration de la loi un temps suffisant, qui permette un dialogue constructif avec la représentation nationale, avec l’ensemble des composantes de la société.

Il s’agit d’éclairer les politiques publiques à venir. Il s’agit de travailler en toute sérénité, loin de l’emprise de l’émotion.

Ce n’est que quelques mois après l’entrée en vigueur de la loi de 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme consécutive à l’affaire Nemmouche, et peu après deux autres lois, de 2012 et 2013, consécutives, elles, à l’ affaire Merah, que nous avons débattu du texte sur le renseignement.

Il s’agit d’encadrer les activités de renseignement, a martelé le gouvernement.

Il s’agit de légaliser des pratiques illégales mais tout à fait courantes, a-t-il ajouté.

Sans pour autant se donner la peine d’évaluer l’efficacité de ces pratiques. Sans pour autant présenter, dans son étude d’impact succincte, et d’une pauvreté manifeste, le moindre chiffrage de la mise en place des modalités techniques du recueil du renseignement, sans jamais s’interroger sur les conséquences économiques des dispositions proposées sur l’industrie numérique, sans vraiment non plus analyser les dysfonctionnements et les échecs des services de renseignement dans la lutte contre le terrorisme.

Le texte suscite débats, inquiétudes et critiques dans cet hémicycle et dans la société, qu’on ne peut pas balayer d’un simple revers de main par la simple invocation aux impératifs de sécurité. Car ce texte concerne tout autant notre sécurité que nos libertés fondamentales, notre vie privée même, il touche en effet des pans très larges de la vie sociale, économique, politique et même la présence française dans le monde.

Il encadre, pas assez, pas suffisamment, mais il autorise aussi l’intrusion, la surveillance, le fichage, et ce très largement, trop largement, et non pas dans le seul but de prévenir la menace terroriste.

Il va bien au-delà puisqu’il permet aux services de renseignement de recourir à des techniques de recueil d’information à la fois de grand ampleur et très intrusives pour la défense et la promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques du pays, pour prévenir des atteintes à la forme de républicaine des institutions, il autorise d’autres services que ceux du renseignement à recourir à ces mêmes techniques, il assigne à l’administration pénitentiaire contre la volonté même du gouvernement des missions qui lui étaient étrangères jusqu’à aujourd’hui.

Il met en place la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, dont l’avis n’est que consultatif, et qui pourra être contournée en cas d’urgence, sans que l’urgence elle-même soit définie.

Le recours pour tout citoyen voulant contester des opérations de surveillance dont il serait l’objet est pour le moins virtuel, et disparaît de fait lorsqu’il s’agit de communications avec l’étranger.

Le texte habilite le recours à des techniques (sondes, algorithmes, IMSI-Catcher), permettant la collecte de données d’une très grande ampleur sur les réseaux de communication, puisque c’est l’ensemble du trafic qui sera concerné.

« Il s’agit de permettre de collecter de manière systématique, généralisée et indifférenciée un volume important de données, qui peuvent, le cas échéant, être relatives à des personnes totalement étrangères à la mission du renseignement. »

Les services de renseignement pourront utiliser des techniques intrusives (IMSI-catcher) pour récupérer les données techniques de connexion et de manière exceptionnelle, sans que soit définie l’exception, sans aucune précaution particulière et sans limitation à la seule menace terroriste, des correspondances pourront être également recueillies.

Nul ne vous accuse ici, Monsieur le Premier ministre, de vouloir mettre en place une surveillance de masse, mais les techniques que le texte autorise permettent cette surveillance sur l’ensemble des activités sociales.

L’article 10 introduit une forme d’immunité pénale, tout à fait contestable, pour les agents opérant à l’étranger.

Le texte rallonge sans justification la durée de conservation des données. Il crée un fichier terroriste, dont les dispositions n’ont été connues des parlementaires que la nuit précédant son adoption.

Imaginons un instant ce qu’un autre gouvernement que le vôtre Monsieur le Premier ministre pourrait faire de ce si grand pouvoir que vous octroie aujourd’hui ce texte.

Pour les raisons que je viens de présenter, la grande majorité du groupe écologiste a décidé de voter contre ce projet de loi.

Le débat en notre sein n’a pas opposé des chipoteurs d’un côté et des liberticides de l’autre, des inconscients d’un côté et des patriotes de l’autre.

Il a réuni des parlementaires conscients de la responsabilité qui leur incombe d’assurer à la fois la sécurité de nos concitoyens et la défense de leurs libertés fondamentales, la protection de leur vie privée dans le respect de l’état de droit.

 

Le vote des députés écologistes lors de la séance a été le suivant :

11 député-é-es du groupe ont voté contre, 5 ont voté pour et 2 se sont abstenues

Contre : Laurence Abeille, Brigitte Allain, Isabelle Attard, Danièle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère, Paul Molac, Jean-Louis Roumegas et Eva Sas

Pour : Eric Alauzet, Denis Baupin, Christophe Cavard, François-Michel Lambert et François de Rugy

Abstention : Véronique Massonneau et Barbara Pompili

 

Certains députés ont donc voté pour cette loi liberticide, ce n'est pas la position du parti.

Ces députés prennent des positions personnelles qui nuisent au parti EELV. Ils ont sans doute des ambitions personnelles concernant des postes de ministres en cas de remaniement !

La majorité des militantEs est révoltée par ce comportement et je m'associe à la demande qu'ils ne fassent plus partie d'EELV à la suite de ce vote.

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 22:56

Réunion lundi 4 Mai en soirée à Valence, de présentation du SCOT (Schéma de COhérence Territoriale) avec les nouveaux éluEs, qui se contrefoutent des conséquences du dérèglement climatique. A la tribune : le président Lionel Brard adjoint à l'environnement à Valence , les vice-présidents : Franc Saulignac adjoint à l'urbanisme à Valence, Marlène Mourier maire de Bourg-lès- Valence, le maire de Beaumont-lès-Valence ...

Première remarque : une réunion qui parait confidentielle tant il y a peu de monde dans le public. A mon avis les éluEs n'ont pas envie de faire connaître le nouveau projet du SCOT, tant il est à l'opposé du précédent projet conduit sous la présidence de Pierre-Antoine Landel (EELV) dont la finalité de l'organisation du territoire était l'économie des ressources de la planète, la préservation des terres agricoles et de la biodiversité, la diversification de l'habitat.

Aucune action proposée lors de cette réunion ne semble pertinente par rapport aux enjeux planétaires des dérèglements climatiques !! La manipulation à l’œuvre lors de cette réunion est la différence entre les textes affichés sur les diapositives et les propositions annoncées.

Dans la série perles de la soirée :

Celle du président du SCOT Lionel Brard , adjoint à la santé et à l'environnement à Valence : devant l'annonce de nouveaux projets d' infrastructures (deux nouveaux ponts pour franchir un l'Isère à Romans, l'autre le Rhône dans l'agglo de Valence), qui vont forcément développer l'usage de la voiture individuelle, je posai la question de la finalité de l'organisation du territoire qui est bien la réduction des gaz à effet de serre et de la consommation en énergie donc la baisse des déplacements individuels en voiture, il répond:
" Notre gouvernance n'est pas opposée à l'usage de la voiture individuelle(sic). Par ailleurs 100% des femmes interrogées se sentent en insécurité dans les transports en commun; la prise en compte de ce problème d'insécurité des femmes a autant d'importance que le bilan carbone"!! Heureusement que j'étais assise cette réponse complètement décalée pour un élu responsable est à tomber à la renverse
Au cas où vous aviez des doutes sur le projet de la nouvelle équipe municipale à Valence et dans l'agglo (maire UMP), ces doutes sont levés.
Autres annonces dans la même veine : facilitation de la circulation pour les voitures individuelles, développement de l'aéroport de Chabeuil annoncé par Marlène Mourier après nous avoir expliqué qu'elle partageait notre avis sur les dépenses inutiles de cet aéroport, il a suffi qu'elle aille visiter l'aéroport et rencontrer des hommes d'affaires lors d'une réunion de l'agglo, ces derniers l'ont convaincue de l'intérêt de l'avion pour les voyages d'affaires...comment faire confiance à des éluEs qui ont si peu de conviction et peuvent tourner leur veste d'une heure à l'autre!!!

Dans la même veine d'économiser l'énergie et la terre : il sera donné la possibilité de construire en ville en habitat individuel sur des grandes surfaces de terrain pour les riches..


Tout y est pour que les ressources de la planète soient épuisées avant 2050.


Sont-ce des élus responsables sur le long terme, ou veulent-ils simplement satisfaire leur électorat à court terme, sans se préoccuper de notre devenir commun et de celui de nos enfants?

Ils vont faire du mal pendant cinq ans encore !!

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 22:28

Collectif Parents Enfants Valence vient de publier une  pétition "Non à la fermeture des CLAE : maintenir un service public de qualité et de proximité"

 

J'ai signé cette pétition et j'ai mis le commentaire ci-dessous:

De nombreuses études montrent que les inégalités entre les enfants sont déjà marquées lors de leur entrée à l’école élémentaire et peinent à se résorber par la suite. En offrant aux enfants un service de qualité dès leur plus jeune âge, on promeut l’égalité des chances. En permettant un accueil diversifié et de qualité aux enfants, on leur donne un meilleur départ dans la vie. L'investissement dans le champ de la petite enfance est un investissement sur le long terme, mais il est vrai que le retour sur investissement est difficilement mesurable, sur le temps d'un mandat municipal ! Avant la fermeture de trois CLAE sur cinq de façon autoritaire , une concertation aurait dû avoir lieu avec le personnel, les familles, et une évaluation des besoins pendant les vacances, pour trouver des améliorations si nécessaires, mais ne pas laisser les familles et les enfants "le bec dans l'eau" .

Le maire de Valence et son équipe font subir un sale coup aux enfants et à leurs familles et aussi à la démocratie.

 

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 22:44

Samedi 25 avril, les adhérentEs EELV des régions Rhône-Alpes Auvergne se sont réunis à Lyon afin de décider de la stratégie globale du parti en vue des élections régionales et désigner un binôme chef de file.

Un débat sur les motions présentées a confirmé, à une forte majorité, les orientations pressenties en décembre 2014. La motion stratégique « Rassemblons pour une région écologiste, solidaire et citoyenne » a recueilli plus de 66% des suffrages. Elle appelle au rassemblement sur un projet clairement écologiste et solidaire, avec les mouvements politiques et les citoyens engagés, partageant ce projet, pour faire de la région Rhône-Alpes Auvergne un territoire en transition écologique et sociale au service de l'intérêt général de tous ses habitants.

Les militants ont ensuite choisi une femme et un homme comme chefs de file régionaux : Lela Bencharif, vice-présidente à la région Rhône-Alpes, et Jean-Charles Kohlhaas, co-président du groupe à la région Rhône-Alpes. L’un des deux sera désigné avant mi-mai pour être la tête de liste régionale des écologistes.

Tous les adhérentEs EELV de Rhône-Alpes et d’Auvergne se réuniront à nouveau en assemblée générale le 27 juin 2015 pour choisir les premiers candidats EELV dans l’ensemble des départements et valider les bases programmatiques et le périmètre du rassemblement.

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 14:46

Tribune de Michèle Rivasi, Corinne Lepage et Dany Cohn-Bendit dans le JDD ce dimanche 26 Avril

 

Voilà 29 ans que le réacteur 4 de la centrale ukrainienne de Tchernobyl explosait. Le temps fait son office et, sans la terrible piqûre de rappel de la catastrophe de Fukushima, on pourrait presque penser que tout est désormais sous contrôle dans la zone d’exclusion et les villes environnantes. Et pourtant, non.

Sur le site, les autorités ukrainiennes se débattent encore avec les déchets et le confinement du cœur du réacteur. L’ancien centre de stockage intermédiaire pour les combustibles usagés doit désormais être remplacé pour des raisons de sûreté, travaux qui nécessitent déjà 140 millions d’euros de plus que les 300 millions prévus.

 

95% des matériaux radioactifs dans le sarcophage

Quant au sarcophage du réacteur 4, dont une partie s’était effondrée en 2013 sous le poids de la neige, il ne sera finalement recouvert par une seconde arche de confinement qu’en 2017. Un retard de deux ans qui pourrait être aggravé par un surcoût de 600 millions d’euros. La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement s’est déjà engagée en novembre 2014 à fournir 350 millions supplémentaires et a avancé une part des fonds du G7. Reste néanmoins un trou de 100 millions d’euros pour compléter un budget total estimé à environ 1.5 milliards d’euros.

On estime qu’il reste à l’intérieur du sarcophage 95% des matériaux radioactifs qui étaient présents dans le réacteur quand il fonctionnait, seuls 5% s’en étaient échappés, contaminant une majeure partie de l’Europe. Les risques d’un redémarrage des réactions nucléaires en chaîne par contact avec l’eau ou de dispersion des poussières radioactives par effondrement du toit du sarcophage justifient donc un tel chantier. Et le résultat est à la hauteur des enjeux : colossaux. Le sarcophage initial (construit à la va-vite pendant la catastrophe) n’étant plus hermétique et risquant de s’effondrer, une arche métallique de 25 000 tonnes et de 108 mètres de haut permettra de confiner les matières radioactives et empêcher l’infiltration d’eau…pour un siècle encore.

Impuissance aussi du côté des territoires contaminés, au-delà de la zone d’exclusion de Tchernobyl. Depuis 1991, plus de 60 millions d’euros ont été dépensés par la Commission Européenne pour arriver à mieux comprendre les effets impacts environnementaux et sanitaires des radiations et de la contamination. Une banque d’échantillons a par exemple été créée (la Chernobyl Tissue Bank) pour étudier l’impact des radiations sur les tissus et essayer d’apporter un peu de lumière sur l’augmentation avérée des cancers de la thyroïde et du sein, mais aussi les risques de leucémie liés aux radiations.

Jusque-là, rien de concluant : les scientifiques se débattent avec des problèmes de représentativité des échantillons, avec une absence de registres des cancers et surtout, avec la partialité des gouvernements ; quand les chercheurs ne sont eux-mêmes pas directement liés à l’industrie nucléaire.

 

Entre flou scientifique et magouilles du lobby nucléaire

Cette partialité (et l’interprétation des résultats qui s’ensuit) est particulièrement criante quand on aborde le sujet hautement controversé de la "réhabilitation" des territoires contaminés. Il y a un an, Michèle Rivasi avait dénoncé le manque de transparence de projets comme CORE (Coopération pour la REhabilitation) et surtout de son volet "santé". Depuis, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a indiqué qu’aucun résultat ne serait communiqué avant publication dans une revue scientifique. 7 ans après la fin du projet, toujours pas de rapport d’activité ni d’accès aux résultats d’un programme pourtant financé dans son ensemble pour plus d’un million d’euros par l’Union Européenne !

L’IRSN stipule désormais que les bilans de santé réalisés sur les 3000 enfants du district de Chechersk "ne s’apparentai[en]t pas à une étude épidémiologique". Voilà qui préfigure de la teneur des résultats, bien loin des premières informations sur l’anémie publiées par des partenaires norvégiens du projet. Partenaires qui évoquent d’ailleurs pudiquement une "rupture du contact" avec les Français depuis 2010.

Entre flou scientifique et magouilles du lobby nucléaire (rappelons une phrase qui nous a été rapportées : l’étude ferait "peur aux parents"), la Commission Européenne - encouragée par notre détermination et l’activisme institutionnel de Michèle Rivasi - a tout de même débloqué 4 millions d’euros pour la création d’un centre écologie et santé dans le district d’Ivankov, un des plus contaminés d’Ukraine. Des appareils de mesure ont ainsi été fournis à l’hôpital principal pour permettre aux familles d’avoir un suivi régulier de l’état de santé de leurs enfants et étudier leur contamination interne en radioéléments et métaux lourds.

Sous la houlette du Professeur Youri Bandajevsky, 3085 enfants de la deuxième génération (ceux nés après la catastrophe) ont été suivis. 81.9% d’entre eux sont atteints de problèmes cardiovasculaires (arythmie, tachycardie) qui les empêchent d’avoir une vie normale et les prive de toute vitalité. L’enjeu est maintenant de comprendre si ces problèmes sont liés à une fragilité génétique transmise ou s’ils sont dus à la contamination interne par ingestion d’aliments contaminés. Il est primordial d’en savoir plus pour mieux traiter les victimes et prendre les décisions qui s’imposent.

Certes, ces avancées peuvent sembler dérisoires face au mal qui afflige l’ensemble des victimes de la radioactivité. Mais au moins verra-t-on une expertise indépendante naître parmi les Ukrainiens, avec à la clef, enfin, une véritable vision sur l’ampleur de la catastrophe.

Comme chaque année, nous étions une trentaine ce matin à Saint-Marcel devant la plaque commémorative de la catastrophe de Tchernobyl, en présence de militantEs anti-nucléaires, d'une élue de Saint-Marcel-lès-Valence et  d'éluEs EELV : Annie Agier, Hélène Le Gardeur, Patrick Royannez, Marc Weiler

Comme chaque année, nous étions une trentaine ce matin à Saint-Marcel devant la plaque commémorative de la catastrophe de Tchernobyl, en présence de militantEs anti-nucléaires, d'une élue de Saint-Marcel-lès-Valence et d'éluEs EELV : Annie Agier, Hélène Le Gardeur, Patrick Royannez, Marc Weiler

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 21:34

EELV fait part de sa consternation et de son émotion après le nouveau naufrage d’un bateau de migrants survenu dans la nuit de samedi à dimanche, dont le nombre de disparus -au moins 700- laisse craindre la pire tragédie de l’histoire en Méditerranée.

Alors qu’un autre naufrage est actuellement en cours, quelques jours à peine après le naufrage d’une embarcation au large de l’Italie qui a emporté 400 personnes, cette nouvelle catastrophe porte à 1500 le nombre de victimes en Méditerranée depuis le début de l’année.

Pour les écologistes, cette série de naufrages meurtriers qui fait de la Méditerranée un cimetière doit signer la fin de la léthargie coupable de l’Union européenne. EELV s’indigne de l’inhumanité de la modeste opération « Triton », dédiée à la lutte contre la migration irrégulière plutôt qu’au secours des réfugiés en détresse à la différence précédemment de « Mare Nostrum » dont les opérations de sauvetage avaient permis de préserver de nombreuses vies.

Cette situation terrible engage les valeurs de l’Union européenne, construite sur un idéal de solidarité et une exigence d’humanité. Le devoir de responsabilité et de conscience qui incombe aux chefs d’Etat de l’Union Européenne doit se traduire urgemment par une action forte, unie et coordonnée, les efforts ne pouvant se reposer sur quelques pays mais bien sur l’ensemble des Etats européens. EELV appelle la France à répondre positivement à l’invitation de Matteo Renzi d’engager une sommet extraordinaire européen sur le sujet.

Cette nouvelle situation démontre par ailleurs l’échec cinglant des politiques européennes de criminalisation en la matière. L’Europe forteresse, nourrie par la chasse aux migrants, le durcissement des contrôles sécuritaires et le budget pharaonique de surveillance en conséquence n’empêcheront jamais ces personnes, principalement des réfugiés, d’arriver à leurs fins, c’est à dire de voir respecter leurs droits et leur dignité. EELV rappelle que la France a accueilli en 2011 250.000 immigrés contre plus de 500.000 pour nos voisins anglais et allemands, alors même que l’immigration rapporte directement à l’économie française.

Pour les écologistes, garantir une voie légale sûre pour les réfugiés et les demandeurs d’asile, qui permet de lutter plus efficacement contre les trafics, harmoniser la politique migratoire en adoptant des règles européennes communes- en élargissant les conditions d’accès pour les personnes nécessitant une protection internationale- est nécessaire.

Il faudra également s’attaquer aux causes profondes de la migration : le désespoir nourri par les conflits, les inégalités économiques et sociales, la misère et la précarité, les catastrophes naturelles dues au réchauffement climatique montrent qu’il est temps que l’humanité partage en amont les richesses mondiales produites et crée les conditions d’un monde plus juste, plus stable, donc plus durable.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article

Pages