Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 16:01

Du 23 juin au 15 juillet, une consultation publique visant à « interdire » les épandages aériens a été initiée par les Ministères de l'agriculture, de la santé et de l'écologie.

Face à ce projet d'arrêté inique, l'association Agir pour l'Environnement a mobilisé son réseau au travers d'une cyber-pétition "Stop aux épandages aériens".

Sur les 17 729 courriels reçus par le ministère de l'Agriculture :

  • 17 682 émanent de la cyberpétition mise en ligne par Agir pour l'Environnement.
  • Seuls 14 messages "soulignent la nécessité de l'épandage aérien pour certaines cultures", soit 0,08% des réactions.

Alors qu'Agir pour l'Environnement réclamait une interdiction définitive des épandages aériens ou qu'à défaut d'interdiction, l'arrêté définisse un périmètre de sécurité de 500 mètres autour des zones traitées sans habitations ni lieux accueillant un public sensible, la synthèse issue de cette consultation est aussi simple que lapidaire. Aucune modification substantielle n'est proposée !

Une fois de plus, une consultation cosmétique a été initiée afin d'entériner une décision vraisemblablement déjà prise avant le lancement de cette consultation.

C'est un véritable déni de démocratie et une gifle à toutes celles et ceux qui estiment qu'une consultation a pour objet de recueillir l'avis des citoyens et non pas justifier une décision déjà prise. Manifestement, les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de l'Écologie prêtent une oreille très attentive à 14 « épandeurs » dont la réaction semble fort peu désintéressée !

Agir pour l'Environnement appellent les trois ministères cosignataires du futur arrêté à ne pas tenir compte de cette « synthèse » rédigée par et pour le lobby des pesticides.

Voici le texte que j'ai adressé aux trois ministres

Du 23 juin au 15 juillet, vous avez mis en ligne une consultation publique afin de recueillir l'avis des citoyens. Comme 17 682 autres personnes (soit 99,92% des avis que vou avez reçus), je me suis exprimé-e en faveur d'une interdiction stricte de l'épandage aérien de pesticides au regard de leurs effets sur la santé en particulier des enfants et leurs impacts écologiques.

La synthèse mise en ligne à l'issue de cette consultation ne tient aucunement compte de mon avis, ce que je regrette vivement. Je vous demande instamment d'entendre la protestation citoyenne qui s'est exprimée à l'occasion de cette consultation publique.

Comptant sur votre écoute, je vous prie d'agréer, Mesdames et Monsieur les Ministres, l'expression de mes salutations les plus res
pectueuses.

Danielle Persico pédiatre

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:21

Je publie aussi le communiqué de notre mouvement

Escalade meurtrière en Palestine : EELV appelle le gouvernement français et l’UE à dénoncer les violations du droit international entre Israël et Palestine et à mettre en œuvre tous les moyens pour obtenir un règlement diplomatique du conflit qui les oppose.

EELV dénonce l ’escalade meurtrière entre Israël et Palestine et condamne les crimes commis par les deux parties.

La situation est dramatique en Palestine : à Gaza, 160 raids israéliens ont fait 24 morts et plus de 150 blessés. Des enfants ont été tués, des centaines de personnes ont été arrêtées par l’armée israélienne dans une opération de punition collective injuste et dangereuse.

EELV s’alarme d’une possible opération militaire d’ampleur de type “plomb durci“ qui en 2009 avait fait plus de 1300 victimes pour la majorité civiles.

L’agression militaire israélienne alimente les tensions en Cisjordanie et à Jérusalem, prend le risque d’alimenter tous les extrémismes, fragilise le gouvernement d’union national palestinien et menace de déstabiliser la région.

Interpellé par le Fatah, EELV se place du côté du droit international : la Palestine est un État indépendant reconnu comme tel par la France et menacé dans ses frontières par la colonisation et l’immixtion du gouvernent Netanyahou dans affaires internes.

Il appartient à la communauté internationale de s’élever contre cette violation du droit international et cette nouvelle agression, laquelle à pour effet d’éloigner toujours davantage les espoirs de paix et la coexistence de deux États souverains.

EELV appelle le gouvernement français et l’Union Européenne à saisir les instances onusiennes pour faire respecter le droit international.

 

 

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux EELV

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:11

Je publie le communiqué de l'Association France Palestine Solidarité, reçu ce jour 9 Juillet 2014 avec tristesse en pensant que des civils se font bombarder à l'heure qu'il est.

Le scé­nario est pourtant connu : chaque fois que l’État d’Israël se trouve en dif­fi­culté sur le plan diplo­ma­tique, il mul­tiplie les pro­vo­ca­tions et les exac­tions sur le terrain, et se lance dans des actes de guerre qu’il qua­lifie de représailles.

Après la for­mation du gou­ver­nement pales­tinien de récon­ci­liation nationale le 2 juin, et sa recon­nais­sance par de nom­breux pays dont la France, l’Union Euro­péenne et les États-​​Unis, il n’a fallu que 10 jours au pouvoir israélien pour lancer une attaque de grande ampleur sur l’ensemble de la Cis­jor­danie, empri­sonner plus de 600 per­sonnes dont une dizaine de députés et de nom­breux enfants, tuer de sang-​​froid 9 per­sonnes et sac­cager les habi­ta­tions, tout en bom­bardant la Bande de Gaza. La nou­velle de l’assassinat des trois jeunes colons qui avaient été enlevés dans une zone contrôlée par Israël, assas­sinat que nous avons clai­rement condamné, a été suivie par des appels à la haine, la terreur contre la popu­lation pales­ti­nienne et l’horrible assas­sinat d’un jeune Pales­tinien brûlé vif par des colons.

L’État d’Israël a déli­bé­rément affaibli les par­tisans d’une union nationale pales­ti­nienne, qui est pourtant la condition essen­tielle de la recherche d’une paix négociée. Il a ainsi favorisé les tirs de roquette contre le ter­ri­toire israélien qu’il fait mine de com­battre. Il est main­tenant, une fois de plus, engagé dans une guerre qui vise la popu­lation de Gaza, en même temps que la mise en miettes du pro­cessus pales­tinien de récon­ci­liation nationale. Depuis deux jours, les raids aériens se mul­ti­plient sur Gaza, qui subit éga­lement les bom­bar­dement israé­liens depuis la mer. 40 per­sonnes ont été tuées dont 7 enfants, 4 femmes et 3 per­sonnes âgées, 270 per­sonnes ont été blessées dont 20 dans un état grave, 50 maisons ont été détruites, de nom­breux bâti­ments publics ont été atteints.

Nous nous élevons avec force contre l’argumentation israé­lienne d’une "réplique" aux tirs de roquettes, argu­men­tation com­plai­samment reprise par une grande partie des media et mal­heu­reu­sement confortée par la der­nière décla­ration (8 juillet) du porte-​​parole du Ministère des Affaires Étran­gères, qui réserve le mot "condamne" aux seuls tirs de roquettes depuis Gaza. Alors que le gou­ver­nement et la plupart des media restent muets sur les ter­ribles consé­quences pour la popu­lation de Gaza des bom­bar­de­ments menés par l’État d’Israël.

Il est temps que cessent ces opé­ra­tions de terreur contre le peuple pales­tinien. Nous ne sommes pas devant un conflit symé­trique, mais devant des attaques sys­té­ma­tiques d’une puis­sance occu­pante contre la popu­lation qu’elle contrôle et colonise. Popu­lation qui n’a, de sur­croît, aucun moyen de s’abriter de ces attaques. Les Pales­ti­niens ont droit à une pro­tection inter­na­tionale, le Conseil de Sécurité de l’ONU doit être convoqué d’urgence pour en assurer les moda­lités. Et l’État d’Israël doit être clai­rement et fer­mement condamné pour ses attaques déli­bérées contre la popu­lation civile pales­ti­nienne. Ces attaques, dont le gou­ver­nement israélien annonce encore l’intensification, doivent être arrêtées de toute urgence. Nous attendons du gou­ver­nement français qu’il agisse d’urgence dans ce sens. Nous appelons les media français à prendre leurs dis­tances des infor­ma­tions offi­cielles israé­liennes, et à s’intéresser à l’enchaînement des évé­ne­ments, à la nature réelle des attaques israé­liennes contre le ter­ri­toire pales­tinien à Gaza et en Cis­jor­danie, et au sort de la popu­lation civile pales­ti­nienne qui doit subir sans défense et sans abri les attaques israéliennes.

Il faut stopper la nouvelle agression israélienne contre le peuple palestinien.

Le Bureau national de l'Association France Palestine Solidarité

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 22:55

Lors des consultations d'avant les départs en vacances (pour ceux qui en prennent) les parents me posent de nombreuses questions , celle de l'altitude revient souvent.

Dans "la littérature" pédiatrique l'altitude maximum à ne pas dépasser avec un bambin est soit 1000m soit 2000m selon les auteurs . Les deux sont exacts et ma proposition est la suivante :

Jusqu'à 1 an ne pas dépasser : 1000 m

de 1 an à 3 ans ne pas dépasser : 2000 m

Dans tous les cas monter par paliers de 500 mètres s'arrêter 10 minutes pour faire téter , sucer ou faire boire le bambin. Ne pas prendre de remontées mécaniques .

En montagne il se peut que le bambin dorme moins bien la nuit.

La journée penser à protéger de l'exposition au soleil, même si le ciel est couvert : casquettes, crème solaire indice 30 minimum SANS NANOPARTICULES dans la composition !!

Les lunettes même pour les tout petits sont obligatoires. Le bambin s'y habituera.

La DMLA ( dégénérescence maculaire liée à l'âge ) est en augmentation chez les adultes et de plus en plus jeunes. Une des causes est la non protection des yeux aux rayons ultra violets dès le plus jeune âge.

 

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 22:33

L'ancienne majorité PS-EELV avait à cœur de ne pas augmenter le coût de la restauration scolaire, même en ayant amélioré la qualité et introduit de nombreux produits sans pesticides.

Lors du dernier Conseil municipal il semblerait que le maire par un tour de passe passe veuille augmenter le tarif des cantines et ne plus tenir compte à l'identique des revenus des parents via le quotient familial *.

Nous suivrons avec attention cette véritable régression tant on sait que certains enfants n'ont qu'un seul repas correct celui de midi, et si le tarif augmente cela risque d'éloigner des familles.

Il y a beaucoup de similitude dans les politiques menées à Béziers et celle menée à Valence, cette décision réactionnaire sur la limitation de l'accès aux cantines à tous les enfants, en est un exemple malheureux.

 

 

*Quotient Familial = revenus imposables de l'année N-1 du foyer fiscal (toutes les personnes composant le foyer) / divisé par 12 / divisé par le nombre de parts fiscales

Les prix du repas à la cantine  s'élevait de 1,42 à 4,55 euros pour l'année scolaire 2013- 2014.

 

 

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 08:10

C'est aujourd'hui le centenaire de l'assassinat de Sarajevo de François Ferdinand d'Autriche qui a donné lieu à une cascades de réactions et d'alliances amenant à la guerre mondiale14-18. La grande guerre, non la grande boucherie avec les poilus comme chair à canons !!

En ces années de triste anniversaire de la première guerre mondiale, je voulais aller avec mon père sur la trace de son père adjudant à l'ouvrage de Thiaumont à Verdun qui a reçu un obus sur la tête le 26 Juin 1916 sur le champ de bataille à Verdun et a subi une trépanation ( extraction d'une partie du cerveau!!). Enfant Il me faisait toucher son crâne tout cabossé, mais il ne parlait pas beaucoup des horreurs qu'il avait dû vivre

Du coup notre fils Simon et Hanna ont fait le déplacement et c'est quatre générations qui ont fait le chemin de cet émouvant souvenir.

A quelques semaines des élections européennes nous pouvons constater le chemin parcouru pour la paix en Europe, mais il y a encore trop de guerres sur notre planète. Un chemin du souvenir sur les lieux de mémoire pourrait aider à envisager un avenir pacifique.

Devant le monument de la victoire à Verdun où on a retrouvé la carte de la médaille de Verdun de l'adjudant ALIBERT Cyprien avec Jean Alibert mon père, Jean Persico mon époux et Simon et Hanna les deux générations suivantes

Devant le monument de la victoire à Verdun où on a retrouvé la carte de la médaille de Verdun de l'adjudant ALIBERT Cyprien avec Jean Alibert mon père, Jean Persico mon époux et Simon et Hanna les deux générations suivantes

Le cimetière militaire devant l'ossuaire de Duaumont où sont regroupés les os des soldats retrouvés sur le champ de bataille

Le cimetière militaire devant l'ossuaire de Duaumont où sont regroupés les os des soldats retrouvés sur le champ de bataille

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 21:51

Communiqué de presse de lundi 16 Juin 2014 EELV Drôme et EELV Ardèche

Depuis la mise en route du projet ERIDAN, à savoir un gazoduc de grande capacité afin d’approvisionner la France en gaz par la Méditerranée et de réduire notre dépendance au gaz russe, nous suivons avec attention sa mise en œuvre.

Dans le contexte actuel, en attendant la transition énergétique et la sortie du mix « fossile/nucléaire », nous approuvons l’utilisation du gaz, comme une énergie de transition.

Cependant, nous sommes inquiets. Inquiets car le promoteur du projet, GRDF, a prévu que le tracé retenu pour le gazoduc passe sous le canal Donzère-Mondragon, destiné au refroidissement des réacteurs de la centrale nucléaire de Tricastin.

« L’Autorité de Sûreté Nucléaire, après avoir émis de vives inquiétudes il y a quelques mois sur ce choix de tracé, considère aujourd’hui qu’il n’y a plus aucun risque à ce que la conduite passe sous ce canal stratégique pour la sûreté nucléaire et donc celle des habitants. Mais malgré les expertises, le risque zéro n’existe pas, notamment le cas d’une explosion de la conduite qui pourrait avoir des conséquences très graves sur le fonctionnement des réacteurs nucléaires tout proches. Un effet domino inacceptable ! » déplore Michèle RIVASI, eurodéputée

Nous demandons à ce que chacun prenne ses responsabilités et évite de jouer aux apprentis sorciers avec un pareil cocktail, gazoduc- centrale nucléaire.

Au regard des nombreux risques que représentent le gazoduc ERIDAN, qui impacte de nombreuses communes comme Malataverne, nous demandons à ce que la conduite existante soit élargie et utilisée afin de diminuer les dangers pour les populations riveraines.

EELV Drôme et EELV Ardèche

 

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 11:17

Dans la prochaine loi de santé présentée le 17 Juin, le gouvernement veut proposer le choix d'un médecin traitant pour les enfants de 0 à 16 ans sur la demande d'un seul syndicat de médecine générale.
Je pense que les médecins généralistes n'ont pas tous encore suffisamment de formation en pédiatrie pour que ce projet soit mis en place.
Les généralistes n'arrivent pas à assurer la totalité de leurs charges, je ne vois pas comment si on en rajoute cela améliorerait leur disponibilité.
Cela signifierait également que seules les familles qui ont des moyens pourraient consulter le pédiatre, puisqu'une partie de la consultation ne serait pas prise en charge.
Je défends le plus beau métier du monde, la pédiatrie et une consultation de pédiatrie accessible à tous les enfants en cabinet.
Les pédiatres de ville doivent s'organiser au mieux pour assurer la continuité des soins, c'est ce que nous recherchons à Valence.

Je vous invite à soutenir l'appel du CNPP Conseil National Professionnel de Pédiatrie qui représente l'ensemble de la pédiatrie en cliquant sur le lien ci-dessous

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:18

EELV se félicite de la publication du rapport sur les coûts de la filière nucléaire de la commission d’enquête parlementaire présidée par le député socialiste François Brottes, et dont le rapporteur est le député écologiste Denis Baupin.

Alors que les écologistes attendent la concrétisation dans la loi sur la transition énergétique des engagements du Président de la République de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production électrique, ce rapport permet de prendre la mesure du coût du nucléaire et des incertitudes qu’il fait peser pour nos finances et notre avenir.

Coût d’exploitation, mur d’investissement, amélioration de la sûreté, érosion de la rentabilité, coût croissant de l’EPR, la dérive croissante des coûts du nucléaire est enfin reconnue officiellement.

Plus grave encore, ce rapport démontre qu’au-delà des coûts croissants les incertitudes restent nombreuses sur les coûts véritables, exposant le contribuable à des prix potentiellement prohibitifs. Sur le démantèlement, dont personne ne connaît le vrai coût, le rapport démontre que les devis sont globalement sous estimés. Les coûts véritables du traitement et de l’enfouissement des déchets sont tout aussi incertains.

Enfin, la commission s’est penchée sur la question du risque : en cas d’accident nucléaire, les conséquences peuvent être désastreuses en terme de vies humaines, et le coût économique se chiffre en centaines de milliards d’euros. C’est pourtant l’Etat et donc le contribuable qui supporte la quasi-intégralité du risque puisque la responsabilité d’EDF est plafonnée.

Pour toutes ces raisons, nous appuyons avec force la recommandation sur la gouvernance : l’Etat est en effet le seul a pouvoir correctement gérer ce changement d’époque pour le nucléaire et doit être pleinement aux manettes pour piloter la transition écologique.

Europe Ecologie Les Verts rappelle que la sortie du nucléaire est la seule solution réellement sûre et peu coûteuse à terme. C’est l’aboutissement d’une transition énergétique ambitieuse, complète et réussie.

Julien Bayou, Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux

Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:46

Le Président de la République a présenté mardi 3 juin son projet de réforme territoriale. Pour les écologistes, l’occasion est belle de réaliser un pas supplémentaire dans la décentralisation pour organiser une véritable démocratie territoriale, solidaire et efficace dans la mise en œuvre de la transition écologique.

Les écologistes saluent la volonté du Président de la République de construire des régions plus fortes, d’organiser les intercommunalités, de respecter les communes et de supprimer les Conseils généraux. Les écologistes sont depuis longtemps favorables à la fin des départements ainsi qu’au redécoupage des régions pour qu’elles correspondent mieux aux bassins de vie et aspirations des populations : fusion de la Normandie ou réunification de la Bretagne par exemple, mais en accord avec les populations, de manière démocratique et concertée.

Ainsi, le redécoupage administratif devra prendre en compte les identités locales et les aspirations des populations. Les écologistes prendront toute leur part dans le travail de concertation et dans le travail parlementaire à venir pour établir des limites administratives pleines de sens, recueillant l’adhésion des habitants des territoires concernés.

Surtout, derrière les cartes se joue l’essentiel : quels objectifs et quels moyens pour les futurs institutions ? Pour les écologistes, la qualité de vie, l’égalité des territoires et la transition écologique doivent être les piliers de cette réforme.

Les régions, s’appuyant sur une véritable autonomie fiscale, des compétences renforcées et un droit à l’expérimentation, doivent à la fois mieux répartir les richesses entre elles et dans leur territoire, tout en assurant un équilibre entre villes et campagnes, et notamment en protégeant les terres agricoles et les espaces naturels, en développant les transports en commun et en construisant des bassins de vie équilibrés en logements et en emplois durables et non délocalisables.

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale EELV

Sandrine Rousseau, porte-parole nationale EELV

 

Réforme territoriale : ne gâchons pas une belle réforme
Repost 0
Danielle PERSICO
commenter cet article

Pages