Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 15:38

Pour que les nouveaux éluEs ne relâchent pas le soutien au développement du vélo dans l'agglomération.

Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 23:26

L' « éco-taxe » fait payer aux transporteurs routiers l’usure des infrastructures utilisées, une petite partie des nuisances qu’ils engendrent en terme de bruit, de pollution et de congestion. Les sommes récoltées servent au financement des infrastructures de transports collectifs sur l’ensemble du territoire, notamment urbain.

L'écotaxe était une des mesures phares du Grenelle, elle devait être expérimentée en Alsace en premier.

Pourquoi en Alsace ? Parce que c’est dès la fin de l’année 2004 que nos voisins allemands ont institué, sur l’ensemble de leurs autoroutes, une éco-taxe pour les poids lourds.

Dès la mise en œuvre de ce dispositif en Allemagne, nous avons assisté à un report de flux de plusieurs milliers de camions vers l’Alsace. Dès 2006, le principe d’une taxe identique a été adopté au niveau français avec une expérimentation préalable en Alsace. Et depuis cette date, c’est-à-dire depuis maintenant 7 ans, nous assistons à une succession de reports, d’ajournements, de sursis et de moratoires. Le lobby des camionneurs (qui dans cette affaire sont aussi les pollueurs) n’est pas resté inerte ! Loin de là.

Ce nouveau report (comme les autres) est inacceptable au regard du grand couloir à camions qu’est devenue la France et notamment l’Alsace et la vallée du Rhône.

Et cela se passe au moment même où les instances européennes condamnent une nouvelle fois la France pour le dépassement réitéré de sa pollution atmosphérique. C’est à ne plus rien y comprendre sauf à interpréter cela comme la persistance réussie du lobbying du transport routier sur les pouvoirs publics.

Cela est d’autant plus incompréhensible qu’il s’agissait tout simplement d’une mise à niveau fiscale entre la France et l’Allemagne et d’éviter que les milliers de camions venant du nord ou de l’est de l’Europe et allant vers le sud passent en France car « gratuite ».

1,2 milliards perdus en un an

Enfin, cette taxe (juste) rapporte 100 millions par mois, c’est-à-dire que plus de 1,2 milliards d’euros se sont évaporés en un an pour le budget de notre pays et donc ont été perdus pour le développement des transports publics en France. Car effectivement, cette taxe doit créer de l’emploi et de l’activité économique en finançant la modernisation et la création de nouvelles infrastructures de transport en dégageant, de fait, de nouvelles capacités d’investissement. Quel gâchis ! Ce nouvel ajournement nous prépare-t-il à un enterrement de cette mesure qui relève pourtant du bon sens et qui est soutenue par la quasi-totalité des élus locaux et attendue par tant d’habitants ?

Il en va de la santé de millions de nos concitoyens… Il en va du changement de la politique des transports de marchandise. Il en va du développement des déplacements alternatifs à la voiture individuelle dans les villes et les régions. Cette éco-taxe a montré dans les pays où elle a été mise en place (y compris la Suisse depuis 2001), une amélioration de la chaîne logistique au bénéfice des entreprises de production.

« Pollueur-payeur »Voilà des années qu’on nous parle de fiscalité écologique pour relever les défis du péril climatique, de l’avancée du principe du « pollueur-payeur ». Il est temps de passer du discours répétitif à la mise en œuvre pratique, la reculade actuelle est incompréhensible.






Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 21:20

C'était la fête du vélo ces deux jours.

Bien occupés par le forum sur la transition énergétique samedi, c'est  ce dimanche 2 Juin, qu'avec Jean,  Hélène Le Gardeur et Philippe Legeas nous nous sommes joints à la balade à vélo organisée par REVV.

 

De Valence à Chateauneuf-d'isère par la via-Rhôna. Le fort vent du Nord nous a plus aidés au retour qu'à l'allée.

Quelques photos pour illustrer cette balade. Nous avons longé le lac d'Aiguille, j'ai pensé que ce pourrait être  un magnifique endroit de baignade. Je vais me renseigner pour en

 

 

connaître le statut.Velo-1254.jpeg

Par hasard nous avons rencontré le Maire et un adjoint de Chateauneuf  que je connais par ailleurs. C'est une commune exemplaire une ZAP (Zone agricole protégée) et une zone natura 2000! Félicitations !

 

Sur la photo de la carte on voit bien le crochet qu'il faut faire dans Valence pour rejoindre le bord du Rhône entre Bourg et Valence. Je l'ai fait ce jour, je peux dire que ce n'est pas facile quand on vient de parcourir des dizaines de km, de traverser la ville avec une côte, des voitures...

Je crois qu'il va falloir remettre autour de la table les partenaires Région, CG, ASF, CNR, Bourg et Valence pour envisager la continuité, en construisant une estacade entre le bassin de joute de Bourg et le quai du Rhône en face du parc Jouvet. ( retour à la case départ d'un des premiers conseils municipaux du mandat)

A terme ce détour par la ville va pénaliser l'utilisation de  la via-Rhôna.

Velo-1251.jpeg

Via-rhona-panneau.jpg

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 23:49

Je reviens de l'assemblée générale de Roulons En Ville à Vélo, belle soirée. Les différents membres du Conseil d'Administration ont fait le déroulé des actions de l'association en 2012.

Une belle action qui se renforce  est celle du vélo-école qui permet à un public plutôt féminin, d'acquérir plus d'autonomie  en utilisant le vélo comme moyen de déplacements.


Les aménagements cyclables dans les différentes communes ont été passés  en revue.

Je m'arrête sur Valence qui a été félicitée publiquement, l'association REVV va présenter la candidature de Valence lors de l'assemblée générale de la Fédération des Usagers de la bicyclette (FUBICY) à Paris, ce samedi 20 Avril 2013, pour un prix, celui du guidon d'or !!

velo des clefs pour reussir la transition couv-2

 

Michel nous a  présenté le dossier et la rétrospective des grandes étapes de l'association REVV.

Je dois beaucoup à cette association, lorsque j'étais militante à REVV j'ai beaucoup appris en allant voir dans d'autres communes de France les aménagements cyclables, en nous renseignant auprès des administrations comme le CERTU qui éditent toujours des fiches très instructives, en rencontrant les services techniques.

 En 2008 le développement des mobilités douces était dans notre programme des municipales pour la liste  Verts et Citoyens  .

Une fois élue je n'ai pas  oublié cette   activité de militante du vélo. Les liens entre les éluEs, le  service technique des déplacements et l'association sont  restés solides, et constructifs.  Tous les avantages du vélo : économie d'énergie, amélioration de la santé,  le partage de la rue que développent l'usage du vélo en ville  ont été soutenus par notre majorité et mis en place efficacement par les services.

Pour favoriser ce moyen de déplacement et le partage de la rue entre tous les usagers,  nous avons défini progressivement  des zones 30, des contre sens cyclables(CSC), des tourne à droite aux feux(TAD).  Les TAD ont débuté en 2010 à Valence, peu de ville avaient encore expérimenté ces petits panneaux qui sont devenus officiels. Les CSC étaient controversés, mais l'usage montre qu'ils sont très pratiques. Ce n'est pas une obligation pour les cyclistes qui ne se sentent pas à l'aise, et s'il n'y a pas moyen de passer parce que la rue est encombrée on passe dans celle d'à côté.

Les parcs vélos ont fait des apparitions dans toute la ville même sur des places de parking.

 

Sur une place de parking, quatre appui- vélos permettent d'attacher huit vélos.

Toutes ces avancées en faveur du vélo et d'une circulation apaisée, sont favorables à tous et toutes piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite, et ne pénalisent pas les automobilistes puisque la vitesse moyenne dans les villes ne dépasse pas 20km/h !!

 

J'espère que nous aurons un guidon d'or samedi !!

 

Un petit bémol, c'est la discontinuité de la Via-Rhôna dans la traversée de Valence,  elle ne se poursuit pas entre Bourg-lès-Valence et Valence, on impose une  traversée assez risquée de la ville dans les embouteillages avec des montées alors qu'il suffirait de 600m le long du Rhône. En 2008 lors d'un Conseil municipal nous étions seulement deux à voter pour l'estacade entre BLV et Valence le long du Rhône. Les autres collègues pensant que l'enfouissement de l'autoroute viendrait régler ce problème...Cela n'a pas été le cas, si nous avions voté cette délibération,  l'estacade serait construite et la continuité de la via-Rhôna réalisée. Peut-on refaire l'histoire ?

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 15:09

Communiqué du collectif NDDL-Valencephoto-NDDL.jpeg.jpg

Bravant le mistral glacé, une cinquantaine d'opposant s à l'aéroport de Notre Dame des Landes se sont regroupés ce matin de 10h à 12h place des Clercs à exprimer leur soutien aux occupants de la ZAD victimes d'une répression brutale de l'Etat à l'occasion de cette journée du 8 décembre, 3ème journée Européenne contre les grands projets inutiles.
Dans la bonne humeur, au son du Yukulélé, les participants se réchauffaient en distribuant tracts, en discutant avec les passants mais également en partageant du café aux céréales (plus local), dégustant du gâteau et des cookies maison.

Au même moment, 5000 personnes manifestaient à Nantes, 400 à Brest et autant à Montpellier : tous citoyens indignés que la nature et les terres agricoles soient sacrifiées à des projets stupides et ruineux, indignés aussi par les 30 blessés graves parmi les opposants, indignés par les mensonges d’un gouvernement incapable de prendre la mesure de l’urgence climatique et des crises alimentaires de la planète.

Les manifestants, entre 25 et 70 ans, de diverses appartenances politique ou sans étiquette, maraîchers, fonctionnaires, professions libérales ou encore retraités, ont défilé joyeusement dans les rues piétonnes de Valence avant de prendre un thé chaud bien mérité offert par Artisans du Monde.



Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:33
Observatoire régional de santé d'Ile-de-France
 
Vient de paraître pour la Semaine européenne de la mobilité 
 
Les bénéfices et les risques de la pratique du vélo
 Evaluation en Île-de-France
 L’Observatoire régional de santé Île-de-France publie une étude qui évalue les bénéfices et les risques sanitaires d’une augmentation de la pratique du vélo en Île-de-France, à l’horizon 2020. C’est la première étude en France qui intègre une large gamme d’impacts sanitaires, à partir des résultats de la recherche internationale appliqués à un territoire donné.
Ce travail a été effectué sur la base de scénarios partagés avec les décideurs (Ville de Paris, Région Ile-de-France, Conseils généraux, STIF), portant sur l’augmentation de la part modale du vélo et sur les reports envisageables provenant des différentes catégories d’usagers de transports.
Une évaluation des différents impacts possibles a été réalisée :
- Bénéfices individuels : effets positifs sur la santé de l’activité physique, baisse du stress lié aux transports motorisés- Bénéfices collectifs : baisse de la pollution atmosphérique, baisse du bruit, baisse de l’accidentologie causée par les voitures, baisse des gaz à effet de serre- Risques individuels : hausse de l’accidentologie des cyclistes, exposition à la pollution atmosphérique,- Risques collectifs : hausse de l’accidentologie causée par les cyclistes
Les résultats montrent :
- Des bénéfices sur la santé de la pratique du vélo largement supérieurs aux risques : avec un doublement de la pratique du vélo en Île-de-France en 2020 (soit 4% de l’ensemble des déplacements), les bénéfices en termes de mortalité d’une augmentation de la pratique du vélo en Île-de-France seraient 20 fois plus élevés que les risques.
- Un ratio bénéfices/risques particulièrement élevé grâce aux bénéfices de l’activité physique liée à la pratique du vélo, et qui s’avère plus important au fur et à mesure que l’on s’éloigne du cœur de l’agglomération parisienne.
- Une hausse de la pratique qui n’implique pas une hausse de l’accidentologie dans les mêmes proportions et qui, avec un fort report d’automobilistes vers le vélo, peut même s’accompagner d’une baisse de l’accidentologie globale.
- Un impact sur la pollution de l’air et sur le bruit positif mais relativement faible, toutefois potentiellement plus important si la hausse de la pratique du vélo s’accompagne de politiques ambitieuses de réduction de la vitesse et de la circulation en ville.
- Enfin, un risque d’exposition à la pollution atmosphérique des cyclistes plus élevé que le risque d’accidentologie. Ces résultats sont dus à un niveau de pollution particulièrement important en Île-de-France. Cependant, l’exposition du cycliste diminue à mesure que la place du vélo dans la ville s’écarte de la circulation.
Cette étude, qui montre que les bénéfices sur la santé de la pratique du vélo sont largement sous-estimés par rapport aux risques, en particulier d’accidentologie, va permettre ainsi de guider les politiques de promotion du vélo et plus largement des "mobilités actives », nationales ou locales. Elle est diffusée à l’occasion de la semaine européenne de la mobilité (du 16 au 22 septembre 2012). Sa méthodologie peut être appliquée à d'autres secteurs géographiques.
 Personne référente pour cette étude : Corinne Praznoczy c.praznoczy@ors-idf.org 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 22:08

Si vous envisagez de remplacer votre voiture par un vélo, alors il est important de connaître l’impact de cette décision. Vous trouverez ci-dessous 10 effets secondaires du vélo que votre vendeur de vélos ne vous dira pas.

1.La perte de poids. Si vous essayez d’être gros, le vélo n’est pas bon pour vous. Le vélo est connu pour éliminer les calories provenant des réserves de graisse du corps.

2. Le ralentissement de la respiration. Les gens qui utilisent régulièrement le vélo ont besoin de plus de temps entre chaque respiration, que ce soit quand ils font du vélo ou quand ils sont en période de repos.

3. La réduction du stress et de l’agressivitéLes gens qui vont au travail à vélo sont moins susceptibles d’être agressifs, ce qui peut poser problème pour la survie dans le monde d’aujourd’hui.

4. Ponctualité. La possibilité de naviguer dans le trafic urbain, en prenant des raccourcis dans des endroits où les voitures ne peuvent pas passer, tout en évitant les embouteillages de l’heure de pointe, laisse souvent les cyclistes dans l’ennui lorsqu’ils doivent attendre l’arrivée de leurs collègues.

5. La stimulation mentale sans caféine. Ceux qui utilisent régulièrement le vélo ont la sensation naturelle d’être alerte et bien éveillé, et ne peuvent donc pas justifier la pause café en début de matinée.

6. Sentiment d’invincibilité. Les personnes qui sont leur propre moyen de transport ont souvent la dangereuse impression qu’elles peuvent réaliser quoi que ce soit.

7. La pratique du vélo peut conduire à d’autres activités. Rouler à vélo encourage la curiosité, l’exploration, et peut même provoquer une dépendance à la volonté de découvrir le monde.

8. Une joie extrême. Les cyclistes réguliers ont du mal à comprendre la colère des automobilistes, et se tiennent donc à l’écart du passe-temps populaire qui consiste à maugréer sur la circulation. Des sourires trop fréquents peuvent provoquer des rides d’expression sur le visage.

9. Perte de sensation. La pratique régulière du vélo rend insensible au froid, à la pluie, aux intempéries et même à la chaleur.

10. Mauvais pour la croissance économique. La pratique du vélo diminue les profits des compagnies pétrolières et des constructeurs de voitures tout en limitant la pollution et les problèmes de santé publique. Or, la pollution (et la dépollution qui va avec) et les problèmes de santé publique (dont les accidents de la route) participent à la croissance du PIB.

Source: http://bicicletasciudadesviajes.blogspot.com.es/

 

sacoches

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:57

J'ai beaucoup pratiqué le train-vélo cet été. De nombreuses gares ont des goulottes pour éviter de porter les vélos et heureusement!!

Arrivée à Valence, il faut se coltiner le vélo les bagages!! C'est statut-quo, depuis 2008 nous parlementons avec la SNCF pour la mise en place d'une petite  goulotte comme ici à Grenoble. Je crois que la SNCF vient de donner son accord, il aura fallu un temps certain, maintenant c'est à nous d'agir, les mois prochains, au moins pour la sortie est de la gare.

 

Goulotte à vélos gare de Grenoble photo REVV.

 

Goulotte-a-velos-Gare-Grenoble.jpg

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 23:55

 

Les contre -sens vélos pour nous  les cyclistes urbains c'est l'amélioration de nos 

déplacements au quotidien.

Nous passons presque partout et quand, dans une rue étroite, un vélo croise  une voiture et bien il arrive que l'on communique et  se fasse des politesses. Le vélo a vite fait de se mettre sur le côté pour laisser passer la voiture, la circulation en ville  devient presque conviviale.

De toute façon nous n'aurons pas le choix autant s'y habituer sans contrainte et avec douceur.

La pénurie de pétrole, son prix élevé font que nous devrons accentuer les politiques de mobilité durable et au lieu de la voiture nous aurons un vélo dans la tête !!

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 13:32

Alors que nous  nous efforçons  de  réduire la vitesse en ville pour plus de sécurité, moins de bruit, moins de pollution, j'apprends, dans le journal, que le premier chrono de l'épreuve "lever de rideau" du rallye Monte-Carlo 2012 aura lieu sur le plateau de Lautagne.

Cette décision ne nécessite sans doute pas l'accord des éluEs, en tout cas cela n'a pas été discuté au sein de notre municipalité. Je vais demander au Maire quelles sont les procédures  qui ont été mises en place pour arriver à cette décision absurde par rapport à nos engagements de diminution des gaz à effet de serre et de prévention  du bruit dans l'environnement.

Le rallye est une pratique sportive complètement anachronique au regard des défis que nous devons relever. Il est temps que la commune arrête de dérouler un tapis doré à ce loisir d'un autre âge. Il en va de notre crédibilité, et de notre exemplarité.

 

 

Repost 0
Danielle PERSICO - dans DEPLACEMENTS
commenter cet article

Pages