Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 21:51

Communiqué de presse de lundi 16 Juin 2014 EELV Drôme et EELV Ardèche

Depuis la mise en route du projet ERIDAN, à savoir un gazoduc de grande capacité afin d’approvisionner la France en gaz par la Méditerranée et de réduire notre dépendance au gaz russe, nous suivons avec attention sa mise en œuvre.

Dans le contexte actuel, en attendant la transition énergétique et la sortie du mix « fossile/nucléaire », nous approuvons l’utilisation du gaz, comme une énergie de transition.

Cependant, nous sommes inquiets. Inquiets car le promoteur du projet, GRDF, a prévu que le tracé retenu pour le gazoduc passe sous le canal Donzère-Mondragon, destiné au refroidissement des réacteurs de la centrale nucléaire de Tricastin.

« L’Autorité de Sûreté Nucléaire, après avoir émis de vives inquiétudes il y a quelques mois sur ce choix de tracé, considère aujourd’hui qu’il n’y a plus aucun risque à ce que la conduite passe sous ce canal stratégique pour la sûreté nucléaire et donc celle des habitants. Mais malgré les expertises, le risque zéro n’existe pas, notamment le cas d’une explosion de la conduite qui pourrait avoir des conséquences très graves sur le fonctionnement des réacteurs nucléaires tout proches. Un effet domino inacceptable ! » déplore Michèle RIVASI, eurodéputée

Nous demandons à ce que chacun prenne ses responsabilités et évite de jouer aux apprentis sorciers avec un pareil cocktail, gazoduc- centrale nucléaire.

Au regard des nombreux risques que représentent le gazoduc ERIDAN, qui impacte de nombreuses communes comme Malataverne, nous demandons à ce que la conduite existante soit élargie et utilisée afin de diminuer les dangers pour les populations riveraines.

EELV Drôme et EELV Ardèche

 

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 23:56

La transition énergétique peut constituer un tremplin pour la création d'activités innovantes, durables et noin délocalisables.

Venez débattre en présence d'acteurs locaux de notre territore Drôme-Ardèche.

Ce débat est organisé dans le cadre du débat national sur la transition énergétique.

L'ancien ministre Yves COCHET et notre députée européenne fortement engagée sur ce sujet  Michèle RIVASI apporteront leur éclairage.

Affiche_forum_01062013.jpeg

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 23:57

IMG_0420.jpg

Présentation du scénario Négawatt lundi soi, par un membre de l'association du même nom, devant un auditoire nombreux

Le débat sur les économies d'énergie et la sortie du nucléaire est absent de la campagne présidentielle sur le plan national, aussi nous organisons les débats localement et cela intéresse les gens.

Cette soirée était organisée par le réseau sortir du nucléaire.

Sortir du nucléaire c'est possible sobriété, efficacité, énergies renouvelables. Dans ce scénario évalué, en 20 ans les centrales sont arrêtées et le risque d'accident nucléaire envolé voir Scénario négawatt 2011 .

Ne ratons pas le coche pour sortir dans 20 ans il faut commencer maintenant.

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 23:52

 

3509228297_377077fbb2.jpg


 Les projets les plus démesurés démarrent  plus facilement que certains  projets simples et de bon sens.

 

La première pierre va être posée ce  samedi 14 Octobre 2011   à  Pierrelatte pour la centrale de cogénération bio-masse.

Le réseau de chaleur que fournissait AREVA va s'arrêter fin 2012. Il servait à chauffer la ferme aux crocodiles, à alimenter en chaleur des serres et pour  une faible  partie des logements.

Pour le remplacer un projet de centrale de cogénération à partir du bois a été imaginé par des pirates pollueurs en mal de projets industriels et peu attentifs aux conséquences induites de leurs projets. Des hommes politiques également atteints par la mégalomanie qui pensent que la co génération industrielle rime avec développement durable ont été convaincus  et le tour est joué.

 

150.000 tonnes de bois vont être nécessaires chaque année pour alimenter cette centrale, ce sont 22 camions chaque jour qui vont transiter !! Sans compter les 200  camions qui viendront récupérer les 6000 tonnes de cendres produites vers quelles destination ??

Et ce sont quelques 20 tonnes de produits polluants supplémentaires qui vont s'échapper chaque année et que vont respirer les riverains. Comme les incinérateurs les grosses chaudières bois produisent différents toxiques dont les particules fines, les dioxines , et autres gaz dont les dioxyde d'azote. La France est déjà mauvaise élève de l'Europe pour la production de particules fines et de dioxydes d'azoté, en rajouter une couche ne fait pas peur aux pirates pollueurs, ils n'habitent pas sur place et n'ont rien à faire de la santé de leurs concitoyens ou de la déforestation de tout un territoire et au-delà puisque le bois pourra être acheminé des pays de l'Est !! Par ailleurs ce projet va priver de ressources d'autres projets locaux d'utilisation du bois-énergie.

 

 

Je suis très étonnée qu'au Conseil général seuls les écologistes se soient élevés  conte la déforestation massive de notre département et l'impact sur la biodiversité, la santé. Peut-être vont-ils se réveiller samedi et boycotter l'inauguration ?

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:49

 

Les  points‐clés  du scénario négaWatt  2011  (résumé)

 Sobriété et efficacité énergétique ( demande en énergie diminuée de 65 % par rapport à maintenant)

 Maintien des services nécessitant de l'énergie (ce n'est pas le retour à la bougie)    

 Recours aux énergies renouvelables qui représenteront en 2050  91% de nos ressources en énergie

 
Gestion coordonnée des réseaux de gaz, d'électricité, de chaleur permettant à tout moment de répondre aux besoins

 Anticipation  de la fin de l'énergie fossile, limitation de son usage à la pétrochimie, aux matières premières industrielles, à l'industrie ou à l'aviation(utilisation cohérente)

 Division des émissions de CO2 par 2 en 2030 et par 16 en 2050

 Système énergétique français  décarboné malgré un arrêt maîtrisé de toute production d'électricité nucléaire en 2033( en 22 ans )                          

 Respect de l'objectif de limiter les émissions de CO2 mondial sur la période 2011-2050 pour limiter la hausse de la température de la Terre en dessous de 2 °C  en 2100


 Usage des sols et l'agriculture, un scénario énergétique équilibré malgré une relocalisation      
 des productions et  un recours très important à la biomasse


 Une France avançant  vers l’autonomie et la démocratie énergétiques, créant des centaines  de    
  milliers d’emplois durables, et  redonnant aux territoires et  à  leurs acteurs une place centrale      
  dans notre paysage énergétique.  

    
L'association négaWatt, née en 2001, est une  « boîte à pensées », 
un groupe d’expertise et de propositions, soucieux de poser les  bonnes    
questions  et  d’apporter des réponses opérationnelles pour évoluer vers      
un système énergétique respectueux du développement durable.   
Elle est animée par la Compagnie des négaWatts, un collège d'une vingtaine      
d'experts et  praticiens, et s’appuie sur un réseau de plus de 500      
adhérents, exclusivement des personnes physiques contribuant à titre      
personnel.      
Association de type loi 1901, ses ressources financières proviennent      
essentiellement des dons et cotisations de ses membres. Des fondations,      
ONG, mécénat d’entreprise apportent également un soutien non      
négligeable aux travaux.      
www.negawatt.org

Le siège de l'association est à Valence sur le site de Rovaltain

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 22:40

 

En Mars 2010 Jean-Louis Borloo a délivré un permis d'explorer les couches géologiques à la recherche de gaz de schistes dans différentes régions de France par différentes compagnies dont Total, GDF-Suez.

Notre région Sud-Est est concernée par une large zone allant de Montélimar au Larzac.

Les gaz de schiste sont contenus dans des roches sédimentaires argileuses.  Pour les extraire, les compagnies pétrolières doivent fracturer la roche avec de l'eau à haute pression mélangée avec des produits chimiques cancérigènes. Ce procédé détruit des espaces naturels et pollue les nappes phréatiques. De plus, l'extraction provoque des échappées de gaz toxiques (ex : NOx) et peut conduire à des pollutions radioactives. 

 

L'exploitation des gaz de schiste était encore impensable il y a une dizaine d'années. Trop coûteuse, trop dangereuse et trop destructrice de l'environnement, l'extraction des gaz de schiste est en train de devenir rentable à cause de la raréfaction et de l'augmentation des prix des énergies fossiles.

Avec cette usine à gaz de schiste, en plus de son caractère polluant, c'est encore une fois la transformation de notre modèle énergétique qui est remise en cause. Les lourds investissements qui iront à la recherche et à l'extraction du gaz de schiste, c'est autant de millions, voire de milliards d'euros en moins pour l'efficacité et la sobriété énergétique, les énergies renouvelables, les modes de transports alternatifs, la relocalisation de l'économie ... La question de notre modèle de développement prédateur est clairement posée.


Non seulement le gouvernement freine le dévelloppement de l'éolien et du photovoltaïque mais il favorise par une règlementation laxiste la production d'énergie très polluante.

 

 

Europe écologie – Les Verts a  demandé le gel immédiat des prospections, la suspension des permis de recherche de gaz de schiste sur l'ensemble du territoire français et un débat public.


 

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 00:18

 

En cette période de grand froid nous devrions modérer les consommations d'électricité qui ne sont pas indispensables. Les habitants, mais  aussi les collectivités  doivent faire des efforts. Eclairer les batiments remarquables, ou les guirlandes avec de l'électricité provenant des centrales à charbon allemandes est d'une grande incohérence!!

Même si nous sommes d'accord pour économiser l'énergie , la culpabilisaion des citoyens n'est pas la bonne méthode, le gouvernement doit faire son autocritique.

Nous sommes un des pays les plus riches de la planète et nous courons le risque de coupure de courant électrique!!On a investi des milliards dans le nucléaire tout cela pour en arriver là !! Chercher l'erreur n'est pas difficile.

Depuis 20 ans les écologistes proposent de ne pas gaspiller, de diversifier, gaz, pétrole mais aussi  de localiser la production d'énergie avec le  solaire, l'éolien, le bois, l'hydraulique et sortir progressivement du nucléaire; on le voit le nucléaire ne répond pas aux pointes de consommation.

Des milliers d'emplois auraient été créés mais non le gouvernement s'entête avec le nucléaire. On vend de l'électricité quand elle n'est pas chère et on en achète quand elle est chère comme en ce moment, chercher l'erreur!!



Je recopie  ci-dessous un communiqué de presse des associations qui appellent à modérer notre consommation et dénoncent la politique énergétique du gouvernement.


Les associations appellent également les collectivités locales, très présentes au Sommet de Copenhague à agir ici et maintenant notamment en interrompant durant les pointes de consommation les illuminations de Noël. De même, elles appellent le Gouvernement à faire éteindre immédiatement tous les panneaux publicitaires retroéclairés et motorisés par voie réglementaire (loi de 1976 codifiée sur les économies d'énergie).

 

Le nucléaire, peu flexible et peu fiable, n'est pas à même de répondre à la demande électrique de pointe, faisant de notre pays un pays producteur de déchets nucléaires pour l'électricité de base et émetteur de gaz à effet de serre pour assurer la pointe électrique. Le mix électrique français requiert l'importation d'électricité notamment depuis l'Allemagne issue de centrales à gaz, fioul ou charbon et fortement émettrice de gaz à effet de serre, ce qui au passage tort le cou à la soit disant « indépendance énergétique française »  et aggrave le bilan carbone du kWh français.

 

Avec un étonnement non dissimulé, les associations constatent que la France semble découvrir le problème de la pointe électrique chaque année à la même période, sans pour autant en tirer tous les enseignements en matière de politique énergétique.

Agir pour l'Environnement, le Réseau Action Climat, le Réseau Sortir du Nucléaire et l’association Résistance à l’Agression Publicitaire appellent les françaises et les français à agir quotidiennement en faveur de la sobriété énergétique... afin que Copenhague ne soit pas seulement un exercice de communication mais une date à partir de laquelle rien ne sera plus comme avant en matière climatique.

 

Repost 0
Danielle PERSICO - dans ENERGIE
commenter cet article

Pages