Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Danielle PERSICO
  • Le blog de Danielle PERSICO
  • : Informer les habitantEs sur la vie politique et la vie municipale et échanger sur les engagements qui me tiennent à coeur
  • Contact

Recherche

28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 23:59

Malgré le fait que 29 communes sur 51 sont opposées à la grande agglo à 51, le Préfet est passé outre ce vote majoritaire et a pris un arrêté de fusion des agglos pour une agglo à 51.

Hier soir nous avions un Conseil communautaire à 67 délégués si toutes et tous étaient là nous ne serions pas rentrés dans la salle du Conseil municipal, comment organiser des débats avec 110 délégués ??

 

 

Je persiste à revendiquer au sein du groupe pour la coopération intercommunale,  une coopération intercommunale efficace autour de trois pôles Valence/Romans/Tain/ Tournon

Repost 0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 23:36

La semaine dernière lors du Conseil communautaire de Valence agglo,  c' est 15 000 € versés à la commune de Valence par  Valence agglo  pour l'organisation du rallye !!  Notre groupe EELV a bien sûr voté contre mais cela représente peu et la somme a été versée !! 

Cette semaine c'est le SDED (syndicat départemental d'énergie de la Drôme) qui soutient  le rallye. Alors là carrément puisque des agents sont coureurs automobiles et les voitures portent le logo du SDED. Je ne sais pas quelle somme a été engagée dans cette course, je vais le demander.

Et on entend dire qu'il n'y a pas d'argent public versé pour le rallye !  Que ce soit des fonds de  l'agglo ou du SDED c'est toujours l'argent  du contribuable.

Je redis que je trouve injustifié en période de crise que des fonds publics  soient dépensés pour soutenir des courses automobiles même si les voitures sont électriques.Voir  Pour la suppression du rallye Monte-Carlo

Même si le SDED a un budget conséquent 58 millions d'euros, les  dépenses seraient plus adaptées dans l'investissement pour le développement des  énergies renouvelables. On ne voit pas venir grand chose dans ce domaine  depuis la création de la société d'économie mixte pour la production d'énergie renouvelable il y a deux ans !

Repost 0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 23:30

On devait assister ce soir à une réunion politique de bonne tenue sur la grande agglo, ce fut une mascarade qui se termine en eau de boudin!!.

22 communes seulement sur les 51 voulaient particier à la grande agglo, le Préfet a voulu utiliser "le passer outre", il ne l'a pas fait et au dernier moment les élus en majorité PS ont présenté un projet cousu de fil blanc en enlevant les communes qui avaient refusé la grande agglo sans qu'il y ait de vote. Ce projet devra être présenté aux différentes communes.

je ne suis pas une spécialiste mais je crois qu'il y a un vice de forme, comment présenter aux communes  un projet qui n'a pas été voté par la CDCI ?

 

Un scénario alternatif  de communauté d'agglo plus petite et de coopération intercommunale  soutenu par EELV et d'autres a été soumis au vote sans succès.

Pierre-Antoine Landel  a fait rire l'assemblée quand il a parlé de l'évolution de la démocratie : "au XIX ème siècle les votes se faisaient à l'unanimité, puis sont venus les votes à la majorité, puis à la majorité qualifiée et ce soir la minorité qualifiée", puisque c'est bien le groupe des 22 communes minoritaires qui risquent d' emporter la décision de grande agglo du Préfet !!

 

Drôle de démocratie bien décevante !

 

On a entendu dans les débats de ce soir des phrases et expressions  étonnantes.

 

Celle de "passer outre" du Préfet  c'est en fait passer en force contre 'l'avis des communes.

 

" D'abord tu te maries puis tu te parles"dans l'assistance  cela montre bien que les communes s'agglomèrent avant d'avoir un projet cohérent!

 

"A Saint-Etienne l'agglo compte 450000hab, à Grenoble 500000, à Lyon 1 300 000.. et nous alors ? nous contenterions-nous de si peu" c'est vraiment à celui qui aura la plus grande agglo pour être en concurrence avec les autres territoires!! Est-ce que c'est vraiment cela qu'on veut ?

 

"le charcutage punitif politicien" c'est la dénomination   du projet présenté par le PS et apparentés qui élimine les communes ayant mal voté,ce projet a été présenté au dernier moment après un simulacre d'interruption de séance tout étant prévu d'avance.

 

Je voulais écrire ce que j'ai ressenti après cette soirée qui restera historique dans la constitution de l'agglo  comme mauvaise image de notre démocratie.

Heureusement que la politique ce n'est pas toujours comme ça!

 

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 23:06

 
Valence, le 15 janvier 2013

Aux membres de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale le la Drôme
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Sénateur Maire
Madame la Députée Maire,
Messieurs les Conseillers régionaux,
Mesdames et messieurs les Conseillers généraux,
Mesdames, Messieurs les Maires et adjoints aux Maires,
Mesdames, messieurs les Présidents


Depuis plusieurs années, se déroule le débat sur le périmètre, les compétences et le rythme de construction des regroupements intercommunaux dans l'espace constitué autour des trois pôles de Valence, Romans et Tain-l’Hermitage. Suite à l’adoption du Schéma Départemental de coopération intercommunal en 2012, la consultation organisée par le préfet de la Drôme sur le projet de périmètre pour une "grande agglomération" vient de s'achever. Sur les 51 communes
concernées, 29 ont délibéré contre ce projet. Vous trouverez ci-joint la carte indiquant la répartition des votes. Elle confirme celui de l'été 2011, à l’issue duquel une forte majorité de communes interrogées sur un périmètre un peu plus vaste avaient répondu négativement à la première proposition.
A l’époque, un autre scénario de coopération a été proposé par des élus du territoire. Il passait par la constitution de trois communautés reposant sur les pôles urbains de Valence, Tain Tournon, et Romans-Bourg de Péage, et mutualisant entre eux les compétences d’aménagement et de développement territorial (SCOT et CDDRA), de transports, de développement et de promotion économique. Ils n'ont été ni mis à l'étude par les dirigeants des intercommunalités et
les services préfectoraux, ni portés à la connaissance puis soumis à l'avis des communes. Il aurait permis de proposer une réelle alternative, incluant une possibilité de construction progressive, répondant aux attentes des habitants et acteurs des territoires. Aujourd'hui, Monsieur le Préfet convoque une réunion de la CDCI, en annoncant, sans débat préalable sur le fond, sa décision de mettre en oeuvre la procédure du “passer outre”.
Outre le fait de ne pas correspondre aux critères de la loi demandant le respect des bassins de vie dans l'établissement des nouvelles intercommunalités, ce choix poserait à l'évidence le problème du respect de la délibération majoritaire des communes. Il ouvre la porte à une interprétation surprenante des votes des communes appartenant à des intercommunalités, en donnant la majorité à une minorité de communes. Concrètement, cela se traduit par la mise en
place d’une nouvelle communauté d’agglomération dont le Conseil communautaire compterait 110 membres, au sein duquel 6 villes détiendraient à elles seules la majorité. En outre, ce périmètre couperait les villes ardéchoises de la communauté d’agglomération, les privant ainsi de la participation à l’Autorité Organisatrice des transports, ce qui est contraire à tous les principes recherchés en terme d’aménagement du territoire. Cela signifie que les dirigeants de
cette nouvelle agglomération n’auraient de cesse de vouloir l’élargir, pour atteindre 64 communes, voire 69 avec les communes de la Raye. Dans ses propositions formulées en 2012, l’Assemblée des Communautés de France souligne que “l’enjeu n’est pas de conduire à un quelconque gigantisme (communautés de plus de 50 communes dites XXL), mais à des communautés pourvues de périmètres cohérents, tenant compte des bassins de vie, pour porter
des projets de territoire transversaux et intégrés”.
Certains élus annoncent la proposition d'un nouveau périmètre plus réduit, autour des aires urbaines de Valence et Romans, soumis à la Commission Départementale de Coopération Intercommunale, et renvoyant les autres communes vers des intercommunalités qu’elles n’auront pas non plus choisies. Ce choix, outre qu'il ne respecterait pas plus l'expression des communes, entraînerait la partition d'intercommunalités et de coopérations engagées depuis
parfois plus de vingt ans, et couperait dans l'espace Rovaltain des bassins historiques, séparant les aires urbaines de leurs campagnes. Outre l'absurdité d'un tel scénario, se poseraient les difficultés administratives à clarifier les conditions financières et techniques de ces partitions.
Le troisième choix est celui que nous proposons. Il consiste à définir à quelle échelle les compétences sont les mieux exercées en tenant compte de l'objectif de proximité des citoyens, et celui de développement du territoire. Il passe par une intégration plus rapide des missions économiques, (en particulier pour la ZAC de Rovaltain, ainsi que les missions de promotion), de transport et d'aménagement, qui pourrait être engagée dés maintenant. Ce choix, outre qu'il
respecterait mieux l'indispensable maturation de ce type de projet, aurait l'avantage de ne pas mettre les futurs exécutifs municipaux issus du renouvellement de mars 2014, devant un choix bouclé 3 mois auparavant par leurs prédécesseurs. Face à un enjeu complexe et aux implications lourdes pour nos collectivités, il nous apparaît que c'est le choix de la sagesse :
il ne compromet en aucun cas l’avenir ; il ne précipite pas les décisions et permet l'examen serein des possibles scénarios futurs.
Nous comprendrions tout autre choix comme une volonté de passer en force et de ne pas respecter l'expression des communes. Plutôt que d'oeuvrer à une élaboration commune constructive, nous n'aurions plus alors le choix que de nous opposer par les moyens à notre disposition contre ce déni de démocratie. Comme le rappelle notre premier ministre, Jean-Marc Ayrault "nos concitoyens dénoncent le caractère peu démocratique et opaque des décisions
publiques, se détournent des urnes ou sont tentés par les extrêmes"(4.01.2013). Faisons preuve ensemble de notre capacité à répondre aux enjeux du futur, en reconnaissant la complexité de la situation, la simplicité et la pertinence de notre proposition.
Nous vous remercions de l’attention avec laquelle vous pourrez considérer la présente, et vous prions de croire en l’expression de notre meilleure considération.
Jean David ABEL, Adjoint au maire de Romans, Vice-Président de la Communauté
d’agglomération du Pays de Romans (CAPR)
Bernard BARTHELON, Maire de Saint-Michel sur Savasse,Vice-Président de la CAPR
Jean Michel BOCHATON, Adjoint au maire de Portes les Valence, Vice-président de Valence
Agglo Sud Rhône Alpes (VASRA)
Gérard BOUCHET, Adjoint au maire de Valence, délégué communautaire VASRA
Bernard BRUNET, Maire de Montmeyran, Conseiller communautaire VASRA
Jean jacques BRUSCHINI, Adjoint au maire de Montmeyran
Dominique CHASSOULIER, 1° adjointe au maire de saint Marcel les Valence
Jean-Marie CHOSSON, adjoint au maire de Romans, conseiller Régional
Stéphane COUSIN, conseiller municipal d'Ourches
Bernard DUC, Maire de Saint-Bonnet de Valclérieux, Vice-Président de la CAPR.
Christian DASSE-VINAY, Maire de Charpey
Jean Marc DURAND, adjoint au maire de Romans
François GRAVIER, Adjoint au maire de Mours Saint Eusèbe, Vice-Président CAPR
André KEMPF, Conseiller municipal délégué de Montmeyran
Pierre Antoine LANDEL, Conseiller municipal de Valence, Vice-Président VASRA
Christiane LEMERCIER, Adjointe au maire de Montmeyran
Guy LEYDIER, Conseiller Municipal de Triors, Conseiller communautaire de la CAPR
Christiane NURIT, Adjointe au maire de Montmeyran
Marianne ORY, Adjointe au maire de Bourg les Valence, Conseillère communautaire VASRA
Alain PARET, maire de Peyrins
Danielle PERSICO, Adjointe au Maire de Valence, Conseillère communautaire VASRA
Dominique QUET, Maire de Saint Marcel les Valence ; Vice-Président VASRA
Michèle RIVASI, Conseillère municipale de Valence, Députée européenne
Patrick ROYANNEZ, Adjoint au Maire de Valence, Vice Président du Conseil général
Jacques SEGUELA, Conseiller municipal délégué de Valence
Pierre TRAPIER, Maire de Portes les Valence, Conseiller communautaire VASRA
Alain VALLET, Maire de Mours Saint Eusèbe, membre du Bureau de la CAPR

 

Lundi 21 janvier, réunion de la Conférence départementale de la coopération intercommunale ( CDCI) qui doit émettre un vote définitif. La séance est publique venez nombreux à 16h en préfecture

Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 23:44

Quelques délibérations ont provoqué des débats. J'ai envie d'en rapporter deux essentielles.


La vidéosurveillance dans certains batiments :

 

Je me suis toujours prononcée contre la vidéosurveillance et ce soir j'ai voté une délibération pour la vidéosurveillance  non sans avoir réfléchi avant !!

 

Il s'est agi de voter pour l'installation de 6 caméras de vidéo surveillance : dans les deux déchetteries de Valence qui sont le siège de dépôts sauvages réguliers, et  dans le futur port intermodal de Portes-lès-Valence pour préserver du vol les conteneurs en transit.

 

J'ai voté cette délibération bien qu'opposée  à la vidéo surveillance sur la voie publique, en demandant qu'une évaluation soit faite de cette technique au bout d'un an sur le côut et l'efficacité. Pour l'instant les moyens employés pour faire diminuer les dépôts sauvages devant les déchetteries  n'ont pas été fructueux (ouverture plus large des horaires entre midi et deux heures, information...). Nous ne pouvons pas mettre un policier devant les déchetteries en permanence.

Quant aux vols dans les déchetteries les caméras neferont pas grnd chose et ces vols peuvent trouver justification dans notre société de gaspillage. Comment quand on est très pauvre ne pas venir se servir pour utiliser des objets que les  autres jettent. Même moi  quand je vais dans les déchetteries j'ai envie de récupérer des objets qui me paraissent pouvoir avoir une deuxième utilisation pour quelqu'un d'autre mais c'est interdit. Nous avons un projet de recyclerie  mais cela n'est pas rapide à mettre en place..la prochaine réunion est en Septembre.


Prise de compétence du crématorium :

 

L'agglomération prend la compétence pour le crématorium à la place de la ville qui le gère depuis 1993. Ce crématorium doit être remis aux normes et répond aux besoins d'un vaste territoire bien au delà de la ville.

J'ai voté cette délibération c'est une bonne chose la gestion intercommunale, elle est demandée par l'association des crématistes depuis longtemps.  J'ai  demandé qu'à la fin du contrat on puisse étudier la reprise en gestion publique de ce crématorium pour diminuer la marchandisation qui est entrain de s'installer autour de la mort et de la crémation.

 

Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 13:41

 

Je partage tout à fait l'indignation de cette adhérente à l'EPI (espace public informatique) Anti- dote, qui écrit une lettre ouverte, reproduite ci-dessous.

Lors du Conseil communautaire du mardi 27 Mars, les éluEs Verts et Citoyens, par ma voix, sont intervenus pour que Valence-Agglo étudie la possibilité de la poursuite des EPI de Valence.

Le Président de l'agglo a refusé que le responsable de l'EPI prenne la parole avant le Conseil communautaire pour expliquer leur situation. Et,  lors du vote une grande majorité des éluEs a refusé le soutien à l'EPI. Au vu de l'action dans les quartiers et de leur utilité je suis étonnée de ce vote.L'élu en charge de la culture que j'avais cotoyé sur les bancs de la minorité à Valence avant 2008, n'a pas soutenu ce projet pourtant au bénéfice des  habitants des Hauts de Valence, c'est peut-être parce qu'il n'y habite plus, je suis très déçue.

Nous allons poursuivre et essayer de trouver une solution pour les usagers de ces espaces informatique.

 

 

 

Témoignage d’une adhérente en « deuil »

 


 

Je veux intervenir en tant qu’utilisatrice de l’espace numérique des hauts de Valence.

Je connaissais déjà l’Association Antidote depuis quelque temps, j’appréciais l’esprit d’ouverture, la compétence et la gentillesse des animateurs.

 

En se regroupant avec l’EPI, ils ont ouvert les portes aux grands, aux petits et déjà, il y régne une ambiance chaleureuse, joyeuse s’ajoutant au dynamisme heureux des enfants avides de « pianoter » sur des ordinateurs !

J’apprécie le professionnalisme de ces animateurs qui ont la pédagogie nécessaire à l’encadrement des jeunes. Ce lieu est devenu très vite un espace culturel, un espace d’éducation où une relation inter- générationnelle est en train de naître, permettant à des personnes de milieux différents, le respect de chacun et un vivre ensemble harmonieux.

 

La fracture numérique que vous vouliez combler n’a pas disparu en 2 ans. Mais ces 2 ans ont permis à l’Epi_ Antidote d’y être partie prenante, d’y être acceptée, et même désirée…

La réduction de cette fracture numérique est un travail de longue haleine, de kinésithérapie sociale pour garantir une paix bénéfique à l’ensemble des communautés urbaines.

Favorisant la proximité entre les différents usagers, les ateliers proposés sont suivis et appréciés notamment celui de recyclage d’ordinateurs usagés.

Des partenariats avec différents organismes existent (ex la MPT du Petit Charran, Maison des Solidarités Nelson Mandela…).

Depuis la fin du contrat de l’animateur technicien fin Janvier, il n’y a plus d’atelier…….

Le responsable, Gilles Pradon alerte depuis plus d’un an le Pôle Numérique pour signaler les besoins financiers de la structure afin de pérenniser les postes nécessaires au maintien des activités, et demande à participer à une réunion de réflexion pour envisager des solutions.

 

Il n’a jamais eu de réponse……

 

Devant ce déficit de dialogue, une fermeture fin Avril a été décidée et signalée aux autorités.

 

Depuis les utilisateurs ne comprennent pas cette situation..

A ce jour, tous les mercredis et les soirs de semaine (ainsi que les vacances scolaires) les rires des enfants continuent à égayer l’espace : jusqu’à quand ???

Avec leurs parents, ils attendent une réponse.

 

Bien que la création de l’EPI Antidote ne soit pas à l’initiative de la Ville de Valence, à la suite de l’élection d’une nouvelle municipalité des délégations innovantes :

  • Cohésion sociale et politique de la ville

  • Démocratie participative

  • Solidarité et mieux vivre à Valence

permettaient d’espérer que nos élus(municipaux ,départementaux ,régionaux ,communauté d’Agglo) mettent en pratique ces belles intentions et que des solutions soient proposées pour que ce lien social souhaité par tous puisse continuer de vivre et de faire preuve de son utilité dans ce quartier réputé « sensible » et dont certains s’inquiètent de l’avenir si l’épi antidote ferme ses portes !

 

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 00:41

Dans le cadre du travail de la commission environnement de Valence agglo nous étudions la possibilité de créer une recyclerie.  Nous avons réuni ce soir  autour de la table tous les acteurs dont c'est le coeur de métier. Les associations intéressées sont nombreuses et nous désirons que ce projet se fasse avec les acteurs de terrain.

Des porteurs de projet sont venus nous expliquer leur démarrage en particulier la ressourcerie verte à Romans.

 

 

Une ressourcerie (terme utilisé au Québec) ou recyclerie a pour objectif la réduction et la valorisation des déchets.

Déposer des objets dont on ne se sert plus afin qu'ils servent à d'autres.

Trois axes aux ressourceries :

 Un axe économique :  contribution à la création d'une activité économique centrée sur la valorisation d'objets et la revente aux particuliers.

Un axe social : création d'emploi, permettre à des personnes d'acheter à moinde coût des objets utiles

Un axe environnemental : préservation des ressources et des mileux naturels grâce à la réduction des volumes de déchets mis en décharge ultime ou incinérés. 

 

Nous n'en sommes qu'au début  mais la réunion de ce soir nous donne beaucoup d'espoir pour avancer dans le projet.

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 15:13

Ce matin, avec plusieurs éluEs de gauche non PS et EELV, nous avons organisé une conférence de presse pour faire le point sur le projet de grande agglomération.

 

Sur commande du gouvernement, et suite au vote de la réforme territoriale Sarkozy, le Préfet de la Drôme tente d'imposer un schéma départemental de coopération inter-communale à marche forcée. Derrière ce nom bien compliqué se cache en réalité la volonté de construire une agglo surdimensionnée (qui irait de Montrigault, au Nord de Romans, à Etoile, au Sud de Valence).

Une commission ad-hoc a été constituée -- la CDCI commission départementale de la coopération intercommunale -- dirigée par le préfet. Cette CDCI s'est réunie vendredi 7 Octobre concernant la grande agglomération valentinoise (comptant plus de 238 000 habitants et 59 communes) pour arrêter le périmètre de cette nouvelle agglo.

Rappel des faits (voir aussi sur le blog de Gérard Bouchet) :

Les  59 communes ont été consultées ; les résultats sont les suivants :

Concernant les communes et les EPCI ( Etablissement Public  de Coopération Intercommunale)

22 communes pour

37 communes contre

2 EPCI  pour,

4 EPCI contre

Le syndicat VRD Valence Romans Déplacement :  contre

Concernant les conseillers municipaux

368 pour, 581 contre, avec 40 abstentions

Concernant les conseillers communautaires (délégués à l'agglo)

74 pour, 126 contre.

 

Manifestement il n'y a pas consensus. Or, au lieu de prendre le temps dela discussion et de mettre à l'étude le projet alternatif des communes opposées à la grande agglo, le préfet et les grands élus drômois veulent passer en force. La CDCI va trancher sans tenir compte des avis contraires avant que le projet ne repasse devant les Conseils municipaux.

 

Je souligne lors de cette conférence de presse  l'ambivalence des positions des grands élus du parti socialiste local.

Quand ils sont au Sénat,  Messieurs Besson, Guillaume, et Piras  votent contre la  réforme des collectivités territoriales (c'est d'ailleurs cette position sensée qui a permis à la gauche et aux écologistes de faire basculer le Sénat). Par contre, le désir (délire ?) de grandeur les reprend une fois retournés dans la Drôme et ils se font les alliés d'un Préfet chargé d'appliquer les politiques sarkozistes. Comprenne qui pourra!

De même, Alain Maurice,  Président de l'agglomération Valence Sud Rhône-Alpes est un ardent défenseur de la grande agglomération. J'ai appris qu'il soutenait Martine Aubry, qui s'est toujours prononcée pour  l'abrogation de la réforme des collectivités territoriales. Ce positionnement clair de Martine Aubry  devrait faire réfléchir  le président de l'agglomération quant au bien-fondé de cette nouvelle usine à gaz qu'est la grande agglo !

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 22:06

La proposition du Préfet de passer d'une  agglomération de 11 communes à une grande agglomération à 59 communes ne plait pas à toutes les communes concernées  qui sont en ce moment entrain de voter dans leur Conseil municipal respectif.

Pour les communes qui ont déjà voté ce serait 27 communes à ce jour  qui refuseraient la grande agglomération, ainsi que ValenceRomansDéplacement et la Communauté de Communes du Pays de Romans. Quelle justification de s'engager dans un projet avec autant de freins au départ ?

La différence entre les pour et contre est parfois minime comme à Romans où 1 voix a séparé les pour des contre.

A Chabeuil  le résultat est 13 pour, 13 contre alors que le Maire socialiste  est Vice-Président à l'agglo VASRA, c'est une surprise qui confirme les réserves des éluEs municipaux.

Outre le vote par  communes il serait intéressant de connaître le nombre de voix  pour et le nombre de voix  contre des Conseillers municipaux . Nous pourrions avoir des surprises.


Et si nous demandions l'avis des citoyens et citoyennes des 59 communes , nous risquerions aussi d'avoir des surprises?

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:11

Petite pause sur ce blog sans raison si ce n'est quelques précieuses minutes  pour dormir un peu plus en fin de soirée  !! 


Ce soir de retour du Conseil communautaire envie de reprendre le clavier !

 

Cette après-midi lundi 31 Mai conférence de presse des éluEs concernés par le débat sur  le projet du préfet de constituer une grande agglomération.

Toutes les sensibilités de gauche hormis le Parti Socialiste étaient représentées pour présenter au Préfet  une proposition alternative à la grande agglo que nous refusons depuis le début. Les journalistes étaient présents et donneront sans doute un rendu de nos propositions basées sur les coopérations entre les communautés d'agglomération sans besoin de les agglomérer.

Nous organiserons des débats publics, débat qui va commencer  lundi soir lors de la réunion des conseillers municipaux des communes concernées.

 

Plus on est grand plus on est fort ne nous parait pas s'appliquer  à la  communauté d'agglomération que nous désirons.

Et notre situation Jean de La Fontaine l'a très bien traduite dans une fable :

 

LA GRENOUILLE QUI SE VEUT FAIRE
AUSSI GROSSE QUE LE BŒUF

               Une Grenouille vit un Bœuf
               Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s'étend, et s'enfle, et se travaille
               Pour égaler l'animal en grosseur,
...............Disant : Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
Nenni. M'y voici donc ? Point du tout. M'y voilà ?
Vous n'en approchez point. La chétive Pécore
               S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
        Tout petit prince a des ambassadeurs,
              Tout marquis veut avoir des pages.

 

 

 

 

Repost 0

Pages